Europe : dans quel pays les femmes sont-elles les plus infidèles?

Auteur : Pas de commentaire Partager :

Le taux d’infidélité féminine progresse plus vite en France que dans les autres pays d’Europe

Selon une étude Ifop pour le site de rencontres Gleeden, «malgré le mouvement #Meeto et la prise de conscience de plus en plus grande des inégalités hommes/femmes en matière de sexualité, l’infidélité féminine fait toujours l’objet d’un sentiment d’opprobre social plus fort que l’infidélité masculine».
Dans cette enquête menée en avril dernier auprès d’échantillons représentatifs de Françaises, Espagnoles, Italiennes, Britanniques et Allemandes, les trois quarts des femmes sondées (76%) ont le sentiment qu’«aujourd’hui, dans leur entourage, les gens sont plus choqués quand, dans un couple, c’est la femme qui est infidèle». Moins d’une sondée sur quatre (24%) ont plutôt le sentiment que leur entourage «est plus choqué quand c’est l’homme qui est infidèle.
Ces proportions sont quasiment les mêmes dans les 5 pays interrogés.

Dans la plupart des situations de couple (couple heureux, attente d’un enfant, couple séparé, partenaire déjà infidèle), les femmes sondés sont elles-mêmes plus nombreuses à être choquées «quand c’est la femme qui est infidèle» que «quand c’est l’homme qui est infidèle».
Sauf dans un cas de figure : «quand le partenaire a pris beaucoup de poids».

En utilisant des comparaisons avec des études antérieures, l’étude montre aussi que l’infidélité féminine est un comportement en hausse continue mais qui reste toujours en-deçà de l’infidélité masculine.
Par rapport à une enquête menée il y a 5 ans, le taux de femmes déclarant avoir déjà été infidèles «sexuellement» a augmenté de 2 points en Espagne (à 30%), de 4 points au UK (33%) et de 5 points en France (37%). L’Italie est le seul pays où l’infidélité féminine recule (-1 point à 33%, -1 point) alors que c’est le pays où l’infidélité masculine est la plus élevée (55%/étude de 2014).
Le taux est stable en Allemagne, mais c’est de loin le pays qui compterait la plus forte proportion de femmes infidèles (43%) et où celle-ci serait la plus proche du taux d’infidélité chez les hommes (46%/étude de 2014).

Par rapport à des enquêtes plus anciennes – mais où le mode de recueil était moins anonymisé (face à face en 1970, téléphone en 2001) – l’Ifop veut montrer, dans le graphique ci-dessous, comment l’infidélité a progressé au cours des 50 dernières années :

Ces écarts de conduite ne se limitent pas qu’à des expériences lointaines ou de jeunesse, comme en témoigne ce chiffre : 15% des Européennes sondées actuellement en couple (16% en Allemagne et 14% dans les 4 autres pays) déclarent avoir été infidèles «sexuellement» à leur partenaire actuel.

Parmi les 37% de Françaises déclarant avoir déjà été infidèles «sexuellement» :
. 15% sont actuellement célibataires,
. 13% sont en couple, ont déjà été infidèles mais pas à leur partenaire actuel,
. 7% sont en couple, ont déjà été infidèles à leur partenaire actuel, mais ne le sont plus,
. 2% sont actuellement infidèles à leur partenaire (une proportion que l’on retrouve dans les autres pays).

Cette étude Ifop pour Gleeden.com a été réalisée par questionnaire auto-administré en ligne, du 11 au 15 avril 2019, auprès d’un échantillon de 5026 femmes, représentatif de la population féminine âgée de 18 ans et plus résidant en Italie, en Espagne, en France, en Allemagne et au Royaume-Uni (au moins 1000 femmes par pays).

Emmanuel Charonnat


Ce qu’il faut retenir

. L’infidélité féminine fait toujours l’objet d’un sentiment d’opprobre social plus fort que l’infidélité masculine

. L’infidélité féminine : un comportement en hausse continue mais qui reste toujours en-deçà de l’infidélité masculine

. 36% des Européennes ont déjà été infidèles sexuellement et 15% des femmes en couple l’ont été envers leur partenaire actuel (37% et 14% en France)

. Les Allemandes sont les plus infidèles (43% et 16%) mais c’est en France que le taux d’infidélité féminine a le plus progressé au cours des 5 dernières années

. 2% des Européennes et des Françaises disent être actuellement infidèles à leur partenaire


Lire aussi :

. Dating : les femmes préfèrent payer leur part !  (février 2019)

. En Europe, les Françaises seraient les moins satisfaites sur le plan sexuel et sentimental  (janvier 2019)

Sexualité : près d’un Français sur 2 est intéressé par les nouvelles technologies (novembre 2018)

Combien de Français(es) ont-ils (elles) déjà «dragué» au bureau? (juillet 2018)

Les Français sont-ils «addicts» aux sites de rencontre?  (février 2018)

Où avez-vous rencontré pour la première fois votre partenaire actuel(le)? (novembre 2017)

Sur une plage, que regardez-vous en premier chez une femme ? chez un homme ? (juin 2017)

Le top 10 des villes les plus sexuelles dans le monde  (mai 2017)

Génération Youporn : les filles sont-elles en train de rattraper les garçons ?  (mars 2017)

Le boom spectaculaire des sextoys en France  (février 2017)

Comment les sites de rencontres peuvent séduire les femmes infidèles… (janvier 2017)

Sexe en France : qu’est ce qui a triplé en 10 ans ?  (décembre 2016)

Couples : l’infidélité sexuelle gagne du terrain en France, facilitée par les supports numériques (mai 2016)

Les applis mobile de dating dépensent davantage pour convertir les femmes (mars 2016)

Une approche de la vérité sur la fréquentation des sites de rencontre (février 2016)

Dating et convivialité : de la rencontre virtuelle à la rencontre réelle (février 2016)


Accès à l’étude Ifop pour Gleeden

Article précédent

Mettez-vous de la crème solaire dès qu’il y a du soleil ou seulement en vacances?

Article suivant

Données éditeurs : la publicité digitale à l’heure de la performance

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *