Dématérialisation de la culture : pour ou contre ?

Auteur : Pas de commentaire Partager :

La dématérialisation apporte une meilleure accessibilité aux œuvres et une plus grande facilité de création, mais la question de la valeur des œuvres digitales est moins tranchée

Dans le cadre de l’Observatoire Cetelem, après une première vague d’étude en avril sur les Français et les activités culturelles, Harris Interactive a mené, en mai, une deuxième étude sur la culture intitulée «Entre tradition et modernité : une révolution culturelle?». Le questionnaire comprend un volet sur la dématérialisation des oeuvres.

Les Français s’accordent sur un fort impact de la digitalisation de manière générale: 80% des sondés estiment que le développement du digital et la dématérialisation des contenus ont changé les choses, dans la manière de consommer des biens culturels.

Et une majorité des Français déclarent que cela a changé les choses pour les acteurs de la vie culturelle (79%), et pour eux personnellement (59%) dans leur consommation, notamment les 18-34 ans (74%) et les CSP+ (64%).

 

Pour les livres et le cinéma, les supports traditionnels continuent de s’affirmer comme les principaux supports de consommation :
. 84% des sondés lisent des livres surtout sur support papier.
. 77% regardent des films surtout au cinéma (23%), à la TV ou en DVD (54%).

Les œuvres picturales et la musique ont davantage pris le tournant de la dématérialisation :
. 33% des sondés regardent surtout les œuvres d’art pictural sur supports numériques (musées en ligne, pages personnelles d’artistes, banques d’images, etc.).
. 36% écoutent principalement de la musique sur des sites web (YouTube, etc.) et des plateformes de musique en ligne (Deezer, Spotify, etc.).

 

Les Français de moins de 35 ans se démarquent particulièrement des générations précédentes, notamment concernant la consommation dématérialisée de musique ou de films.

 

La dématérialisation apporte de manière évidente une meilleure accessibilité aux œuvres et une plus grande facilité de création.
La question de la valeur des œuvres digitales est cependant moins tranchée : 57% des sondés estiment que les œuvres créées à l’aide d’outils digitaux (musique électronique, effets spéciaux digitaux, dessin assisté par ordinateur, art numérique) ont autant de valeur que les œuvres classiques, contre 43% qui ne sont pas d’accord.

 

Les Français perçoivent des apports majoritairement positifs de la dématérialisation, notamment concernant l’accessibilité des biens culturels : accès au plus grand nombre, diffusion.
Ils sont plus partagés sur la capacité du numérique à produire des chefs d’œuvre : 55% pensent qu’il aura des effets positifs vs 44% des effets négatifs.

 

Cette étude a été réalisée en ligne, du 15 au 17 mai 2018, auprès d’un échantillon de 1007 personnes représentatif des Français âgés de 18 ans et plus.
Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e).

 

Emmanuel Charonnat


Ce qu’il faut retenir

. La majorité des sondés estime que le digital a changé les choses dans la manière de consommer des biens culturels de façon générale (80%) et personnellement (59%)

. Les supports traditionnels continuent de s’affirmer comme les principaux supports de consommation des livres et du cinéma, alors que les œuvres picturales et la musique ont davantage pris le tournant de la dématérialisation

. Les 18-34 ans se démarquent particulièrement des générations précédentes, notamment concernant la consommation dématérialisée de musique ou de films

. La dématérialisation apporte une meilleure accessibilité aux œuvres et une plus grande facilité de création, mais la question de la valeur des œuvres digitales est moins tranchée


Lire aussi :

Musique, films, séries TV : qui consomme quoi de manière illicite ?  (mai 2018)

11 enseignements sur les Français et les activités culturelles  (avril 2018)

Le livre papier continue de bien résister à la digitalisation  (mars 2018)

Marchés de la musique et du gaming : les prévisions France et monde à l’horizon 2021  (janvier 2018)

Entertainment & Médias : une croissance inférieure à celle du PIB entre 2017 et 2021 (janvier 2018)

. Toujours plus d’adeptes et de partages pour les spectacles live en France (octobre 2017)

Chez les enfants, le livre papier a encore un bel avenir  (août 2017)

Livre numérique : retournement de tendance aux USA et au UK  (juin 2017)

Derrière le piano, roi des instruments de musique, la guitare et d’autres instruments progressent (juin 2017)

Les Français fréquentent de plus en plus les musées, les expos et les monuments  (mai 2017)

Douze insights sur les goûts et les habitudes des Français en matière de cinéma  (mai 2017)

Le livre numérique ne cannibalise pas le livre papier (mars 2017)

Le mécénat à nouveau en croissance en France  (mai 2016)


Accès aux résultats de l’étude Harris Interactive

Article précédent

Comment les français s’informent-ils sur les services de proximité ?

Article suivant

Sites de e-commerce : Amazon fait encore un bond, Wish entre dans le top10

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *