Modes de contraceptions: on n’en parle avec qui ?

Auteur : Pas de commentaire Partager :

Près de 40% des femmes non ménopausées utilisent actuellement un moyen de contraception et les 25-34 ans en essaient beaucoup

Sans surprise, la pilule (98%) et le préservatif masculin (96%) sont les méthodes de contraception les plus connus en France, auprès des femmes, selon une étude récente d’OpinionWay.
Plus étonnant, 10% des Françaises déclarent connaître le préservatif masculin mais ne savent pas précisément de quoi il s’agit, et cette proportion grimpe à 34% pour le préservatif féminin !

Dans cette enquête, 39% des femmes déclarant ne pas être ménopausées disent utiliser actuellement un moyen de contraception.

Quand les femmes ne sont pas ménopausées, leur principale raison de ne pas utiliser un moyen de contraception est logiquement le fait de ne pas avoir de relations sexuelles avec des hommes (43%). Vient ensuite la peur des effets secondaires sur la santé (19%).

Le moyen de contraception le plus utilisé est de loin la pilule : 22% des femmes l’utilisent l’actuellement auxquelles s’ajoutent 60% qui l’ont utilisé par le passé.
A noter : 95% des utilisatrices se disent satisfaites de leur méthode de contraception (46% de «très satisfaites» et 49% de «plutôt satisfaites»)

Les femmes de 25-34 ans sont les plus nombreuses à utiliser les moyens de contraception, et ceci est vrai pour chacun des moyens testés. Certaines méthodes sont même très majoritairement utilisées (ou testées) par cette tranche d’âge: l’implant (25%), l’anneau (24%), le préservatif féminin (22%), le patch (22%), le diaphragme (20%),

Parmi les raisons du choix de méthode de contraception actuelle, 39% des femmes utilisatrices citent les conseils de leur médecin.

Pour recueillir des conseils lors du choix de leur méthode de contraception actuellement, 65% des utilisatrices citent leur gynécologue comme interlocuteur prioritaire.
Viennent ensuite leur médecin traitant (31%), leur mère (18%), leurs amies (14%) et leur sage-femme (11%).

L’enquête OpinionWay évalue aussi l’importance des fausses croyances relatives aux modes de contraception. Ainsi:
. 43% des sondées pensent que «l’utilisation prolongée de la pilule contraceptive réduit la fertilité», ce qui est faux.
. 36% des sondées pensent que «le dispositif intra-utérin (stérilet) ne peut être utilisé que par les femmes ayant déjà eu des enfants», ce qui est faux.
. 35% des sondées ne pensent pas que «la pilule contraceptive augmente légèrement les risques de cancers du sein», alors que c’est vrai.

Cette étude a été menée en ligne, du 19 au 23 août 2019, auprès d’un échantillon de 1003 femmes représentatif de la population des Françaises âgées de 15 ans et plus. L’échantillon a été constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères d’âge, de catégorie socioprofessionnelle, de catégorie d’agglomération et de région de résidence.

Emmanuel Charonnat


Ce qu’il faut retenir

. La pilule puis le préservatif masculin sont les méthodes de contraception les plus connus et les plus utilisés, par les Françaises

. 39% des femmes non ménopausées utilisent actuellement un moyen de contraception, et 95% d’entre elles en sont satisfaites

. Les femmes de 25-34 ans sont les plus nombreuses à utiliser les moyens de contraception, et ceci est vrai pour chacune des méthodes

. Parmi les raisons du choix de méthode de contraception actuelle, 39% des femmes utilisatrices citent les conseils de leur médecin

. Pour recueillir des conseils, les femmes s’adressent aussi à leur mère (18%), leurs amies (14%) ou leur sage-femme (11%)


Lire aussi :

tous nos articles sur la santé et sur la sexualité

. Problèmes de santé sexuelle: on en parle à qui? (septembre 2019)

Pour la première fois, la santé arrive en tête des enjeux prioritaires perçus par les Français (septembre 2019)

Europe : dans quel pays les femmes sont-elles les plus infidèles? (juin 2019)

Les déterminants d’une bonne santé selon les Français (mai 2019)

Parler de sa santé en ligne, une pratique répandue et utile ? (janvier 2019)

En Europe, les Françaises seraient les moins satisfaites sur le plan sexuel et sentimental  (janvier 2019)

Sexualité : près d’un Français sur 2 est intéressé par les nouvelles technologies (novembre 2018)

Prévention santé : les Français se disent moins bien informés que les autres Européens  (mai 2018)

En cas de souci de santé, le premier réflexe pour 1 Français sur 5 est d’aller sur internet (décembre 2017)

. Le boom spectaculaire des sextoys en France (février 2017)


Accès à l’étude d’OpinionWay

Article précédent

Peugeot soigne son image et son taux de recommandation en France

Article suivant

Comment Parisiens et Lyonnais perçoivent l’utilisation de la voiture

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *