Confinement et grande conso: la France à géographie variable

Auteur : Aucun commentaire Partager :

Le flux migratoire entraîné par l’entrée en confinement est visible dans les sur-consommations par département et même selon les arrondissements de Paris

Après l’envolée de la semaine du 9 au 15 mars (+38%), le CA de la grande consommation a encore fait un bond pendant la semaine du 16 au 22 mars (+30%), selon les données de Nielsen.

Mais la société d’études observe des évolutions contrastées des ventes selon les régions, soulignant que «le flux migratoire entraîné par le début de l’entrée en confinement (mardi 17) des Français est parfaitement visible dans les sur-consommations par département».
Si les ventes de produits de grande consommation ont progressé dans la totalité des départements, elle l’ont été dans des proportions très variables, de +17% en Savoie à +49% dans le Lot.

Dans le détail, certaines zones révèlent avec précision les mouvements des Français opérés au début du confinement – ou l’absence de mouvements.
. Les magasins des stations de sports d’hiver (-7%) sont mécaniquement à contre-courant du reste du pays, désertés par les vacanciers.
. A l’inverse, les zones balnéaires (+60%) comme les îles de Ré et d’Oléron, le bassin d’Arcachon, les côtes normandes et bretonnes, ont bénéficié d’un afflux de résidents lors de la mise en place du confinement, bénéficiant aux magasins d’alimentation en général.
. C’est le cas en général des villes dotées de nombreuses résidences secondaires (+58%), rejointes par les habitants des grandes agglomérations (+22%).

La ville de Paris est également hétérogène face au confinement et symbolise ces mouvements opérés par les foyers pour retrouver leur site de résidence de confinement – avec sans doute une clé de lecture sociale, les quartiers les plus aisés de l’ouest se trouvant désertés en partie quand l’est reste davantage habité.
Précisions de Nielsen : «le centre de Paris et d’autres quartiers ont subi de leur côté un contrecoup en raison de l’absence de touristes, de bureaux et logements habituellement loués à la semaine désormais inoccupés, sans oublier les nombreuses boutiques désormais fermées qui faisaient également vivre via leurs visiteurs les rayons snacking des magasins. Les arrondissements dotés de plus petits logements et d’habitants avec des revenus plus confortables ont vraisemblablement été plus impactés, ces derniers rejoignant leur famille ou leur résidence secondaire en province dans des logements plus vastes».

Nielsen prévoit que «les flux migratoires des foyers français – des très grandes villes vers les campagnes et le littoral – et le recours accru aux magasins de proximité et au e-commerce, vont avoir des répercussions différentes selon les enseignes, avec un impact négatif sur les ventes des enseignes dépendant de l’Île de France. Une agilité logistique sera nécessaire pour les distributeurs afin d’alimenter des points de vente qui connaissent des niveaux de vente historiques. Avec un focus nécessaire sur les catégories les plus demandées, qui bénéficieront d’un accès prioritaire aux camions. Sur les produits frais, les distributeurs peuvent également avoir encore davantage recours aux producteurs locaux de fruits et légumes, qui ont besoin d’écouler leur marchandise et pourquoi pas de vendre directement dans les points de vente ou sur les parkings».

Emmanuel Charonnat


Ce qu’il faut retenir

. Semaine du 16 au 22 mars: le CA de la grande conso a augmenté de +30% avec des évolutions contrastées selon les départements, de +17% en Savoie à +49% dans le Lot

. Les plus fortes hausses figurent dans les zones balnéaires (+60%) et les villes dotées de nombreuses résidences secondaires (+58%)

. La ville de Paris est hétérogène face au confinement: recul dans le Centre et dans le 8e arrondissement, records dans l’est parisien


Lire aussi :

. Nos articles liés au Covid-19

Début du confinement: les grandes surfaces commencent à souffrir par rapport aux petites surfaces (mars 2020)

. Début du confinement: les pertes d’activité et de consommation en France sont estimées à -35% par rapport à la normale (mars 2020)

Covid-19 et les marques: Carrefour utile, Leroy Merlin manquante, Canal+ solidaire (mars 2020)

. Médias sociaux et covid-19: WhatsApp est l’appli dont l’utilisation a le plus progressé (mars 2020)

Publicité et covid-19: 67% des Français attendent que les marques parlent de leur utilité dans la nouvelle vie quotidienne (mars 2020)

. Covid-19: stockage de produits alimentaires et d’hygiène avant le confinement (mars 2020)

. Quelles sont les sources d’info jugées les plus fiables sur le Covid-19? (mars 2020)

. 8 instituts d’études scrutent les effets de la crise du Covid-19 (mars 2020)

Grande conso et Covid-19: afflux de commandes en Drive et en livraison à domicile (mars 2020)

. Hygiène et Covid-19: comment évolue l’image de la marque Sanytol? (mars 2020)

Les premiers effets du Covid-19 sur la consommation et le e-commerce en France (mars 2020)


Accès à la publication de Nielsen

Article précédent

Une période de confinement propice aux activités sportives… à domicile

Article suivant

Médias sociaux et Covid-19: WhatsApp est l’appli dont l’utilisation a le plus progressé

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.