La crise sanitaire favorise-t-elle l’utilisation des applications de rencontre?

Auteur : Aucun commentaire Partager :

En participant à des rendez-vous amoureux virtuels avec une personne jamais rencontrée physiquement, une majorité des célibataires de moins de 45 ans estime qu’il est possible de se sentir plus heureux

Selon deux étude Ifop menées pour Facebook France en janvier puis en octobre 2020, le taux de fréquentation des sites et applis de rencontre a encore gagné deux points pendant les neuf premiers mois de la crise sanitaire. Ainsi, en octobre 2020, 31% des Français âgés de 18 à 69 ans se sont déjà inscrites sur un site ou une application de rencontre contre 29% en janvier 2020. Ils étaient 26% en janvier 2018 et 16% en septembre 2011.

 

Une autre étude, réalisée début décembre par OpinionWay, approfondit l’état d’esprit des célibataires français (âgés de 18 à 45 ans) vis-à-vis des rencontres amoureuses et de l’utilisation des applis de rencontre. Dans le contexte de crise sanitaire actuelle:
. 48% se sentent à l’aise avec le fait de «faire des rencontres amoureuses en général»,
. 45% se sentent à l’aise avec le fait d’«utiliser une application de rencontre»,
. ils sont mêmes un peu plus nombreux à se sentir à l’aise avec le fait de «se rendre physiquement à un rendez-vous amoureux» (44%) qu’avec le fait de «rencontrer quelqu’un lors d’un rendez-vous amoureux virtuel» (39%), ce qui tendrait à prouver que toutes les barrières des rencontres digitales ne sont pas encore levées.
Dans tous les cas, les hommes se disent plus à l’aise que les femmes et les 25-34 ans sont plus à l’aise que les 18-24 ans et les 35-45 ans.

 

Selon l’étude OpinionWay, les deux tiers des célibataires de 18-45 ans disent «prendre désormais plus de temps pour apprendre à connaître les personnes qu’ils fréquentent» (67%) mais plus d’un sur deux se dit «prêt à transgresser les règles sanitaires, s’il rencontre quelqu’un qui lui plaît, afin d’avoir une relation intime avec cette personne» (53%), notamment les hommes (58% vs 48% des femmes).

 

Un célibataire sur deux estime que «le confinement est une bonne opportunité pour essayer les applications de rencontre» (49%), un avis partagé par 54% des hommes vs 46% des femmes.

 

En participant à des rendez-vous amoureux virtuels (visio, vidéo) avec une personne jamais rencontrée physiquement, la nette majorité des jeunes célibataires sondés estime qu’il est possible de «s’amuser» (71%), de «se sentir plus heureux» (62%) et d’«avoir davantage confiance en soi» (58%).

 

Méthodologies:

. Etude Ifop : L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1694 personnes âgées de 18 à 69 ans, représentatif de la population résidant en France métropolitaine. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (âge, profession de la personne interrogée, statut marital) après stratification par région et catégorie d’agglomération. Les interviews ont été réalisées par téléphone et par questionnaire auto administré en ligne du 17 au 21 janvier 2020 (avant le 1er confinement) et du 15 au 16 octobre 2020 (après le 1er confinement).

. Etude OpinionWay : L’enquête a été menée en ligne, du 1er au 3 décembre 2020, auprès d’un échantillon de 1005 personnes représentatif de la population des célibataires français âgés de 18 à 45 ans. L’échantillon a été constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d’âge, de catégorie socioprofessionnelle, de catégorie d’agglomération et de région de résidence.

 

Emmanuel Charonnat


Ce qu’il faut retenir

. En octobre 2020, 31% des Français âgés de 18 à 69 ans se sont déjà inscrites sur un site de rencontre contre 29% en janvier 2020, 26% en janvier 2018 et 16% en septembre 2011

. 45% des célibataires de 18-45 ans se sentent à l’aise avec le fait d’«utiliser une application de rencontre» dans le contexte de crise sanitaire actuelle

. 49% des célibataires de 18-45 ans estiment que «le confinement est une bonne opportunité pour essayer les applications de rencontre» et 67% «prennent désormais plus de temps pour apprendre à connaître les personnes qu’ils fréquentent»

. En participant à des rendez-vous amoureux virtuels avec une personne jamais rencontrée physiquement, une nette majorité des célibataires de 18-45 ans estime qu’il est possible de s’amuser, de se sentir plus heureux et d’avoir davantage confiance en soi


Lire aussi :

. Consommation, travail, santé, médias… de nombreux usages mobiles sont boostés depuis le confinement (septembre 2020)

nos articles sur le dating

. Amour et numérique : je t’aime, moi non plus (mars 2020)

Internet est de plus en plus le lieu où se tissent des liens (décembre 2019)

Dating : les femmes préfèrent payer leur part! (février 2019)

Les Français sont-ils «addicts» aux sites de rencontre?  (février 2018)

Où avez-vous rencontré pour la première fois votre partenaire actuel(le)? (novembre 2017)

Comment les sites de rencontres peuvent séduire les femmes infidèles… (janvier 2017)

Couples : l’infidélité sexuelle gagne du terrain en France, facilitée par les supports numériques (mai 2016)

Les applis mobile de dating dépensent davantage pour convertir les femmes (mars 2016)

Une approche de la vérité sur la fréquentation des sites de rencontre (février 2016)

Dating et convivialité : de la rencontre virtuelle à la rencontre réelle (février 2016)


Accès à l’étude Ifop

Accès à l’étude OpinionWay

Article précédent

Europe : forte chute des immatriculations de véhicules neufs aux particuliers en 2020

Article suivant

L’HEBDO CB EXPERT – Expertise Médias, Marketing & Digital

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.