Quelles addictions se développent pendant cette période de confinement?

Auteur : Pas de commentaire Partager :

Réseaux sociaux, binge watching, jeux vidéo, jeux d’argent, nourriture ou encore tabac… les jeunes ont plus tendance à augmenter leurs comportements à risque

Les 8 et 9 avril, Odoxa a interrogé, pour GAE Conseil, les Français sur leurs conduites addictives en période de confinement.
L’étude souligne d’abord que les situations de confinement sont très différentes, ce qui peut créer des inégalités profondes dans la manière de vivre cette période:
. 32% des sondés sont confinés seuls,
. 38% sont confinés en appartement et 16% sans espace extérieur,
. 47% des actifs sont arrêtés, 35% se rendent sur leur lieu de travail et 30% sont en télé-travail.


Réseaux sociaux (+44), binge watching (+42), jeux-vidéo (+39) : les Français sur-consomment les écrans pendant le confinement.
Les Français ne boivent pas plus d’alcool (-3), mais ils fument plus du tabac (+9) et mangent davantage avec excès (+11).
Les chiffres entre parenthèses correspondent au solde entre ceux qui le font plus que d’habitude et ceux qui le font moins que d’habitude.


Les jeunes et les Parisiens sont les catégories les plus à risques

Réseaux sociaux, binge watching, jeux vidéo, jeux d’argent, nourriture ou encore tabac… les 18-24 ans ont systématiquement plus tendance à augmenter leurs comportements à risque.
D’autant que l’âge se cumule souvent avec d’autres facteurs. Les jeunes sont ainsi plus urbains, vivent dans des espaces restreints, sans espace extérieur et sont plus seuls que le reste de la population. Or, il se trouve que ces différentes situations ont elles aussi tendance à renforcer les comportements addictifs.

D’autres catégories sont plus exposées à certains risques. C’est notamment le cas des CSP- en matière de réseaux sociaux, le cas des cadres sur les jeux vidéo et la consommation d’alcool, le cas des foyers aux revenus les plus bas en matière de jeux d’argent, celui des femmes sur la nourriture, et le cas des télé-travailleurs en matière de tabagisme.

L’ennui (60%), la perte des repères (55%), l’angoisse de l’épidémie (50%) sont les principaux facteurs explicatifs des comportements en hausse.

Les professionnels (83%) et autorités de santé (72%) ainsi que les médias (64%) jouent leur rôle aux yeux des Français, pour lutter contre les addictions depuis le début du confinement. C’est moins le cas du gouvernement (53%), des employeurs (49%) et des assurances et mutuelles de santé (52%).

Cette étude a été réalisée en ligne, les 8 et 9 avril 2020, auprès d’un échantillon de 1003 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.
La représentativité de l’échantillon est assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes: sexe, âge, niveau de diplôme et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération.

Emmanuel Charonnat


Ce qu’il faut retenir

. Réseaux sociaux (+44), binge watching (+42), jeux-vidéo (+39) : les Français sur-consomment les écrans pendant le confinement

. Les Français ne boivent pas plus d’alcool (-3), mais ils fument plus du tabac (+9) et mangent davantage avec excès (+11)

. Les jeunes et les Parisiens sont les catégories les plus à risques

. L’ennui (60%), la perte des repères (55%), l’angoisse de l’épidémie (50%) sont les principaux facteurs explicatifs des comportements en hausse


Lire aussi :

Nos articles sur le confinement

. Pourquoi ne pas acquérir un logement avec jardin après le déconfinement… (avril 2020)

. Confinement: les jeunes limitent la junk food mais prennent du poids (avril 2020)

Les applis de fitness à la maison bondissent en France et dans le monde (avril 2020)

Comment évolue l’état d’esprit des Français pendant le confinement? (avril 2020)

Les effets du confinement sur les recherches en ligne, le streaming et les jeux vidéo (avril 2020)

Quels sont les mots que les Français associent au confinement? (mars 2020)

Une période de confinement propice aux activités sportives… à domicile (mars 2020)

Quelles activités (intérieures) décollent pendant le confinement? (mars 2020)


Accès à l’étude d’Odoxa

Article précédent

Marché pub pendant le confinement: la TV retient mieux ses annonceurs que les autres médias

Article suivant

De nombreuses marques anticipent des changements dans leurs communications tant en termes de discours que de moyens

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.