Digitalisation des TPE françaises : il y a encore du boulot !

Auteur : Aucun commentaire Partager :

Edito CB Expert – Un dirigeant de TPE sur trois n’a pas l’intention de s’équiper d’un site web «vitrine» et près de trois sur quatre n’envisagent pas de créer un site e-commerce

L’Ifop publie une étude, menée en janvier 2022 pour Mastercard, sur les dirigeants de TPE et la digitalisation de leur entreprise.
L’échantillon interrogé comprend 403 dirigeants de TPE (employant entre 1 et 9 salariés), un échantillon plutôt important pour une étude auprès de professionnels. Et surtout, elle a été menée par téléphone, et non pas sur Internet, ce qui aurait été aberrant (cf notre édito sur les enquêtes en ligne sur le numérique). Il s’agit de la deuxième vague d’un baromètre dont la première édition s’appuyait sur un terrain réalisé en décembre 2020.

Les résultats montrent clairement que la digitalisation des TPE françaises a encore une belle marge de progression:

. 23% des dirigeants de TPE n’ont jamais entendu parlé de référencement d’une page internet et 18% en ont entendu parlé mais ne savent pas vraiment de quoi il s’agit. De plus, près d’un dirigeant sur deux (47%) n’a jamais entendu parlé d’outils d’aide à la création de site internet (tels que WordPress).

 

. Plus d’un dirigeant de TPE sur trois n’a pas l’intention de s’équiper d’un site web «vitrine» présentant leur entreprise ou activité (35%) ni d’une page professionnelle sur des réseaux sociaux (38%). Près d’un sur deux n’a pas l’intention de travailler leur référencement en ligne (48%). Ils sont encore plus nombreux à ne pas envisager de s’équiper d’outil de communication collaboratif/ visioconférence (55%), de site e-commerce (73%) et de solution click & collect (71%).

. 12% des dirigeants de TPE ne voient aucun avantage particulier à la digitalisation d’une entreprise de leur taille, et les autres entreprises ne voient en moyenne que 1,9 avantage parmi les 6 proposés: accroître sa notoriété et attirer de nouveaux clients (42%), augmenter son chiffre d’affaires (34%), gagner du temps (32%), faciliter la communication interne et externe (29%), échanger avec ses prospects et clients (17%), optimiser la gestion interne de son entreprise (15%).
Le premier avantage perçu (notoriété et recrutement) a d’ailleurs chuté de 32 points par rapport à la première vague du baromètre en décembre 2020, et le deuxième avantage perçu (hausse du CA) a perdu 19 points.

 

. Par conséquent, il n’est pas surprenant que les dirigeants des TPE les moins digitalisées (75% des TPE ont moins de 5 équipements digitaux ou projets de digitalisation) l’expliquent majoritairement par le fait que ce n’est pas nécessaire pour leur entreprise (57%) et/ou considèrent que leur entreprise est déjà suffisamment équipée (44%). Mais d’autres raisons sont tout de même évoquées: l’investissement financier jugé trop important (26%), l’investissement en temps jugé trop important (23%), le temps de formation pour les salariés de l’entreprise jugé trop important (13%). Sans parler des répondants qui ne ne savent pas comment faire ni à qui s’adresser (11%), qui ne s’en sentent pas capables faute de connaissances (11%) et/ou pour lesquels cela représente une source de stress (9%). Autant de freins à lever…

 


Méthodologie:
. L’enquête a été menée, par téléphone du 7 janvier au 21 janvier 2022, auprès d’un échantillon de 403 dirigeants de TPE employant entre 1 et 9 salariés.
. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas sur les critères de taille d’entreprise, de secteur d’activité et de région d’implantation de l’entreprise.


Emmanuel Charonnat

 

 

 

 

bandeau-cb-expert-fonce


Ce qu’il faut retenir

. 23% des dirigeants de TPE n’ont jamais entendu parlé de référencement d’une page internet et 47% des outils d’aide à la création de site internet

. 35% des dirigeants de TPE n’ont pas l’intention de s’équiper d’un site web «vitrine» et 73% n’envisagent pas de créer un site e-commerce 

. 12% des dirigeants ne voient aucun avantage à leur digitalisation, et les autres entreprises en citent peu (le premier avantage étant le développement de la notoriété et de la clientèle)

. Les 75% des TPE les moins digitalisées l’expliquent par le fait que ce n’est pas nécessaire (57%) et/ou considèrent être suffisamment équipées (44%)


Lire aussi :

Nos éditos hebdomadaires

. Accès à Internet : quelles sont les attentes des entreprises? (avril 2021)

L’édition de logiciels, un secteur en croissance en 2020 (mars 2021)

Intelligence artificielle au travail : menace ou opportunité? (novembre 2020)

Près d’un chef d’entreprise sur trois a accéléré son développement digital (novembre 2020)

. Les sites e-commerce des TPE/PME sont de plus en plus rentables et «drive-to-store» (février 2019)

Huit tendances sur la digitalisation des entreprises françaises (juin 2018)

. Sites web et e-commerce : le retard des TPE s’accentue (mars 2018)

13 insights sur les e-commerçants TPE/PME en France  (février 2018)

Les TPE/PME ne tiennent pas assez compte des avis en ligne  (février 2018)

Europe : le retard des entreprises françaises en termes de digitalisation (janvier 2017)

Une TPE française sur trois a sa page Facebook (juin 2016)


Accès à l’étude de l’Ifop

Article précédent

Les courses cyclistes intéressent un Français sur deux

Article suivant

Les Français se sentent en meilleure santé que leurs voisins européens

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.