Les jolies colonies de vacances : freins, motivations et satisfaction

Auteur : Pas de commentaire Partager :

Les motivations des enfants au départ en colonie s’articulent plutôt autour de la sociabilité et des découvertes que de la recherche d’autonomie

Une enquête Ifop, pour la Jeunesse au Plein Air, confirme que la fréquentation des colonies de vacances n’est plus une pratique de masse concernant la majorité d’une classe d’âge : en 2019, seul un quart des enfants âgés de 7 à 12 ans a déjà vécu cette expérience (25%) dont 13% une seule fois.
. Toutes les catégories sociales n’y ont pas aussi facilement accès : les enfants des catégories populaires (20%) partent moins en colonie que les enfants des catégories socio-professionnelles supérieures (32%) ou intermédiaires (31%).
. Les garçons ont davantage fréquenté les colonies que les filles (29% vs 22%).

Les parents d’enfants âgés de 7 à 12 ans sont quant à eux 49% à indiquer avoir déjà proposé à leur(s) enfant(s) de se rendre en colo :
. avec un clivage géographique assez important : seuls 40% des parents qui
habitent dans des zones rurales ont proposé à leur(s) enfant(s) d’aller en colo contre 49% pour les habitants des communes urbaines de
province et 60% de ceux qui habitent dans l’agglomération parisienne,
. 62% des cadres ont fait une telle proposition contre 44% des ouvriers.

Les motivations des enfants

Des raisons multiples ont donné envie aux enfants de participer à une colonie : se faire des nouveaux copains (39% au global dont 20% en premier) et participer à des activités originales (39% au global), devant le fait de partir en vacances avec un copain qu’ils connaissent (36% au global), découvrir un nouvel endroit (27% au global) ou encore apprendre des nouvelles choses (26% au global).
Le souhait de partir en vacances sans ses parents ou de gagner en autonomie est en revanche cité en premier par moins d’un enfant sur 10.

Les freins des enfants

Les deux principales raisons pour lesquelles 75% des enfants n’ont pas participé à une colonie de vacances sont le fait que leurs parents ne le leur ont pas proposé et le souhait de ne pas partir en vacances sans ses parents.

Les freins des parents

En lien avec la sous-fréquentation des colos par les enfants des catégories populaires, le coût du séjour est la 1ère raison pour laquelle les parents n’ont pas proposé à leur(s) enfant(s) de se rendre en colo (27%). Cet obstacle est davantage cité par les ouvriers que par les cadres (33% contre 21%).
Un quart des parents (26%) indique par ailleurs être disponible pour passer les vacances avec ses enfant(s) et par conséquent ne pas voir l’intérêt de les envoyer en colo. Cette raison est davantage citée par les parents «inactifs» (33%) et par ceux qui sont célibataires (33%).
Seulement 16% des parents citent le manque de confiance dans le personnel accompagnant comme un frein au fait d’envoyer son enfant en colonie de vacances devant la peur que son enfant y soit malheureux (9%) ou le fait de ne pas vouloir s’éloigner de son enfant (9%).
Enfin, seuls 6% des parents ont indiqué ne pas y avoir pensé, signe que les séjours en colo ne pâtissent pas d’un manque de notoriété.

Les motivations des parents

Signe de l’importance accordée par les familles à l’aspect financier, le prix constitue le premier critère dans la décision d’inscrire son enfant en colonie (33% au global), devant la qualité de l’encadrement (31% au global), les activités proposées (31% au global) ou la préférence de leur enfant (27% au global).

Les critères cités par les parents ne sont pas tout à fait les mêmes selon qu’ils ont ou non déjà proposé à leur(s) enfant(s) d’aller en colonie. Les parents les plus ouverts à cette expérience accordent davantage d’importance aux activités proposées (37% contre 26% pour les parents qui n’ont pas proposé à leur(s) enfant(s) d’aller en colo) ou à la préférence de l’enfant. A l’inverse, les parents qui n’ont pas proposé à leur(s) enfant(s) d’aller en colonie citent davantage la réputation de l’organisme ou le fait que leur enfant ne parte pas seul.

La satisfaction des enfants

La participation à un séjour en colonie a été massivement appréciée par les enfants avec un score plébiscitaire de 93%, dont 53% «beaucoup et souhaiteraient même repartir». Seuls 7% ne l’ont pas vraiment apprécié.
En détail, c’est avant tout les activités proposées (53% au global dont 37% en premier), les nouvelles expériences faites (41% au global) ou
encore les bons moments passés avec des copains et des copines (40% au global) qu’ils ont le plus appréciés.

Cette étude a été menée, en ligne du 12 au 24 avril 2019, auprès :
. d’un échantillon de 400 enfants âgés de 7 à 12 ans.
. d’un échantillon de 1003 parents d’enfants âgés de 7 à 12 ans
La représentativité des deux échantillons a été assurée par la méthode des quotas (sexe et âge de l’enfant et profession de la personne de référence du ménage pour les enfants et sexe, âge et profession de la personne de référence du ménage pour les parents) après stratification par région et catégorie d’agglomération.

Emmanuel Charonnat


Ce qu’il faut retenir

. Un quart des enfants âgés de 7 à 12 ans a déjà été en colonie de vacances et 49% des parents ont déjà proposé à leur(s) enfant(s) de se rendre en colo

. Les motivations des enfants au départ en colonie s’articulent plutôt autour de la sociabilité et des découvertes que de la recherche d’autonomie

. Le coût financier constitue le principal obstacle à la fréquentation d’un séjour en colo mais aussi le principal critère dans la décision d’inscrire son enfant 

. Les enfants sont quasi-unanimement satisfaits de leur séjour en colonie de vacances


Lire aussi :

. tous nos articles sur le tourisme et sur les loisirs

. La bataille de l’image des parcs d’attraction (mai 2019)

. Un 1er trimestre 2019 décevant pour la fréquentation touristique en France (mai 2019)

. Combien de jeunes Français voyagent en Europe et pour quels motifs? (mars 2019)

. Vacances d’hiver à la montagne : quels sont les critères de choix de la destination? (octobre 2018)

Quels sont les avantages perçus de planifier ses vacances d’été bien à l’avance ? (septembre 2018)

Hébergement de vacances : quels sont les avantages perçus du camping? (août 2018)

. Parcs de loisirs en France : un niveau de satisfaction très élevé (juin 2018)

Vacances d’été : quelles motivations à partir à la montagne ?  (juin 2018)

Quelles sont les vacances idéales des Français ?  (juin 2018)

Nouvelles pratiques de voyages : quels sont les pays les plus intéressés ?  (juillet 2017)


Accès à l’étude Ifop

Article précédent

8 millions de Français envisagent de déménager en 2019

Article suivant

Même s’ils restent élevés, l’intolérance et les préjugés poursuivent leur recul en France

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *