Les Européens sont très nombreux à utiliser des objets connectés au volant

Auteur : Pas de commentaire Partager :

Les Grecs présentent le nombre moyen de comportements dangereux le plus élevé tandis que les Britanniques seraient les plus prudents et que les Français se situent un peu en dessous de la moyenne européenne

Dans son Baromètre Européen de la Conduite Responsable pour la Fondation VINCI Autoroutes, Ipsos a interrogé 11 pays sur leurs comportements dangereux, notamment liées à la technologie et à la communication.

Les Européens sont toujours très nombreux à utiliser des objets connectés au volant, avec des pratiques qui varient d’un pays à l’autre :
. 45% téléphonent avec un système de conversation Bluetooth (jusqu’à 53% en Grèce contre 38% en Grande-Bretagne) ;
. 41% paramètrent leur GPS tout en conduisant (jusqu’à 51% en Allemagne et en Pologne contre 29% en Espagne) ;
. 30% téléphonent sans kit mains libres (jusqu’à 51% en Grèce contre 12% en Grande-Bretagne) ;
. 30% téléphonent avec une oreillette, un casque ou des écouteurs (jusqu’à 52% en Grèce contre 12% en France) ;
. 24% écrivent et/ou lisent des SMS ou des mails (jusqu’à 33% en Italie contre 13% en Grande-Bretagne). Cette pratique particulièrement dangereuse touche même 38 % des Européens de moins de 35 ans ;
. 16% signalent aux autres conducteurs des événements via une application (27% en Pologne contre 7% en Grande-Bretagne).
Selon Ipsos, il n’est donc pas étonnant que 7% des Européens (jusqu’à 13% en Italie contre 4% en Grande-Bretagne et en Slovaquie) reconnaissent avoir déjà eu – ou failli avoir – un accident en raison de l’utilisation d’un téléphone portable en voiture.

 

D’après cette enquête déclarative, ce serait les Grecs qui présentent le nombre moyen de comportements dangereux le plus élevé (6,7) devant les Polonais (6,1) tandis que les Britanniques seraient les plus prudents (4,5). Les Français se situent un peu en dessous de la moyenne européenne (5,2 vs 5,5).

 

Parmi les autres comportements dangereux, une majorité de conducteurs européens reconnaît s’affranchir de certaines règles élémentaires du code de la route :
. 89% admettent dépasser les limitations de vitesse indiquées (jusqu’à 93% en Suède et en Allemagne, 91% en France) ;
. 63% ne pas respecter les distances de sécurité (jusqu’à 78% en Suède) ;
. 56% oublient de mettre leur clignotant pour doubler ou changer de direction (jusqu’à 63% en France) ;
. 55% circulent sur autoroute sur la voie du milieu alors que la voie de droite est libre (jusqu’à 78% en Grèce) ;
. 55% oublient de ralentir à proximité d’une zone de travaux (jusqu’à 67% en Belgique), en dépit du risque que cela peut entraîner pour le personnel qui y intervient ;
. 21% reconnaissent qu’il leur arrive de conduire en oubliant d’attacher leur ceinture (jusqu’à 49% en Grèce) ;
. 11% circulent sur la bande d’arrêt d’urgence de l’autoroute, pourtant réservée exclusivement à l’arrêt d’urgence et au passage des secours (jusqu’à 27% en Grèce).

 

 

Cette étude a été menée en ligne, du 19 janvier au 27 février 2018, auprès de 11 038 personnes âgées de 15 ans et plus, dont au minimum 1000 personnes dans chacun des pays sondés (cf liste ci-dessous). Les échantillons sont représentatifs de la population âgée de 15 ans et plus dans chacun des pays sondés.
La méthode des quotas a été appliquée aux variables suivantes : : sexe, âge, profession de l’interviewé, région et catégorie d’agglomération.

 

Emmanuel Charonnat


Ce qu’il faut retenir

. 41% des Européens paramètrent leur GPS et 24% écrivent et/ou lisent des SMS ou des mails, tout en conduisant

. 16% signalent aux autres conducteurs des événements via une application (tout en conduisant)

. ce sont les Grecs qui présentent le nombre moyen de comportements dangereux le plus élevé (6,7) tandis que les Britanniques seraient les plus prudents (4,5) et que les Français se situent un peu en dessous de la moyenne européenne (5,2 vs 5,5)

. 91% des Français et 89% des Européens admettent dépasser les limitations de vitesse indiquées (jusqu’à 93% en Suède et en Allemagne)


Lire aussi :

Voiture autonome : les Français parmi les plus réticents dans le monde  (mai 2018)

L’automobile en tête des secteurs inspirant le plus confiance en France  (mai 2018)

Les véhicules électriques ou hybrides sont perçus comme l‘avenir de l’automobile (mars 2018)

Un Français sur 2 est prêt à utiliser une voiture autonome à l’avenir  (février 2018)

Véhicules intelligents : la sécurité avant tout ! (août 2017)

Vers plus de bien-être, de bonne humeur, et moins de stress au volant…  (mai 2017)

Comment les Européens perçoivent-ils leurs modes de déplacement ? (mai 2017)

Les attentes des Français pour la voiture de demain  (septembre 2016)

nos articles sur le secteur automobile


Accès aux résultats de l’étude européenne d’Ipsos

Article précédent

Les Français sont très agacés par le démarchage téléphonique

Article suivant

Face à l’intelligence artificielle, les actifs français sont les plus inquiets

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *