Déconfinement: la majorité des Français s’opposent à des mesures dérogatoires pour le sport professionnel

Auteur : Pas de commentaire Partager :

Conscients des difficultés du confinement pour le monde du sport, les Français percevraient ces mesures comme des privilèges

Depuis quelques jours, certains sportifs, dirigeants, instances et acteurs de sport (notamment dans le football) appellent à mettre en place des mesures dérogatoires pour que le monde professionnel puisse anticiper la reprise des compétitions en s’entraînant avant le déconfinement. Mais la population y semble plutôt opposée.
Selon une étude d’Odoxa menée les 8 et 9 avril, 63% des Français sont opposés à des mesures dérogatoires pour le sport professionnel.
Cette position est également partagée par une majorité (54%) des amateurs de sport (qui représentent 57% des répondants).
Pour les deux populations (générale et amateurs de sport), la proportion de personnes de «tout à fait opposées» est nettement plus importante que celle des «tout à fait favorables».

Dans le détail:
. les Français approuveraient tout de même à une courte majorité, la possibilité de donner l’accès des stades aux athlètes pour qu’ils s’y entrainent tour à tour (52%).
. ils s’opposent en revanche à l’idée de laisser les cyclistes aller s’entrainer seuls sur les routes (à 52%).
. même si c’est le cas en Allemagne, 60% des Français désapprouvent l’idée de laisser une équipe de football s’entrainer à huis-clos et par petit groupe.

Les amateurs de sport ont plus ouverts à ces mesures: 58% d’entre eux sont favorables à l’hypothèse de donner l’accès des stades aux athlètes et 52% aux mesures dérogatoires pour les cyclistes. Mais eux aussi s’opposent à une dérogation pour les équipes de football (à 55%).

Même s’ils sont majoritairement conscients des difficultés du confinement pour le monde du sport, les amateurs de sport comme l’ensemble des Français (70%) perçoivent ces mesures comme des privilèges plutôt que des dérogations.

Enfin, l’interdiction du jogging entre 10h00 et 19h00 à Paris est largement approuvée par les Français: 88% y sont favorables et, parmi eux, 58% pensent qu’il faudrait étendre la mesure à toutes les villes.

Cette étude a été réalisée en ligne, les 8 et 9 avril 2020, auprès d’un échantillon de 1003 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, dont 569 amateurs de sport.
La représentativité de l’échantillon est assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes: sexe, âge, niveau de diplôme et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération.

Emmanuel Charonnat


Ce qu’il faut retenir

. 63% des Français et 54% des amateurs de sport sont opposés à des mesures dérogatoires pour le sport professionnel

. Les Français sont plutôt favorable à donner l’accès des stades aux athlètes pour qu’ils s’y entrainent tour à tour et plutôt opposés à laisser une équipe de foot s’entrainer à huis-clos et par petit groupe

. Conscients des difficultés du confinement pour le monde du sport, les Français (à 70%) perçoivent ces mesures comme des privilèges plutôt que des dérogations

. L’interdiction du jogging entre 10h et 19h à Paris est largement approuvée par les Français: 88% y sont favorables et, parmi eux, 58% pensent qu’il faudrait étendre la mesure à toutes les villes


Lire aussi :

. Nos articles liés au Covid-19

. Nos articles sur les Sports

. Comment évolue l’état d’esprit des Français pendant le confinement? (avril 2020)

. Une période de confinement propice aux activités sportives… à domicile (mars 2020)

8 instituts d’études scrutent les effets de la crise du Covid-19 (mars 2020)


Accès à l’étude d’Odoxa

Article précédent

Les études de la semaine du 13 avril 2020

Article suivant

Confinement et grande conso: le rouge à lèvres et le champagne trinquent

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.