On se marie plus jeune à Paris et en région parisienne qu’en province

Auteur : Pas de commentaire Partager :

L’Île-de France est désormais la région où l’âge moyen au mariage est le plus faible, alors qu’il était historiquement parmi les plus élevés

Depuis 2015, l’Île-de France est la région de France métropolitaine où l’âge moyen au mariage est le plus faible, alors qu’en 1974, il était parmi les plus élevés, selon une étude de l’Insee.
Le graphique ci-dessous illustre bien ce changement de tendances, valable aussi bien pour les hommes que pour les femmes.

En 2017, l’Île-de-France est la région de France métropolitaine où l’âge moyen au mariage est le plus faible : 34,0 ans pour les femmes et 36,9 ans pour les hommes, contre respectivement 35,6 ans et 38,1 ans au niveau national.
L’Île-de-France se trouve, de fait, dans une situation paradoxale : depuis 2015, l’âge moyen au mariage y est le plus bas de toutes les régions métropolitaines alors que l’âge moyen des mères à la naissance du premier enfant y est le plus élevé (31,6 ans contre 30,8 ans en France métropolitaine).

La part croissante des remariages, plus précoces dans la région, ainsi que les caractéristiques sociales de la population francilienne contribuent à expliquer ce constat :
. En Île-de-France, les remariages, à l’instar des séparations, ont lieu en moyenne plus tôt qu’en province : 44,4 ans pour les femmes et 49,3 ans pour les hommes (contre respectivement 47,5 ans et 51,5 ans),
. L’Île-de-France résiste mieux à la tendance de l’affaiblissement de l’institution du mariage, grâce à un contexte socio-économique plus favorable, générant par conséquent davantage de stabilité financière et professionnelle.
. La proportion de cadres résidant en Île-de-France est plus importante qu’ailleurs et la proportion d’ouvriers plus basse, or les cadres sont plus souvent mariés que les ouvriers.
. La mise en couple est plus fréquente en province qu’en Île-de-France mais se traduit moins souvent par un mariage.

Par ailleurs, de fortes disparités existent au sein de l’Île-de-France.
En 1974, Paris était le département francilien où l’on se mariait le plus tard et la Seine-et-Marne celui où l’on se mariait le plus tôt. En 2017, le constat est presque inversé : Paris est le deuxième département où l’on se marie le plus tôt et la Seine-et-Marne celui où l’on se marie le plus tard.

Emmanuel Charonnat


Ce qu’il faut retenir

. Depuis 2015, l’Île-de France est la région de France métropolitaine où l’âge moyen au mariage est le plus faible, alors qu’en 1974, il était parmi les plus élevés

. Et pourtant c’est en région parisienne que l’âge moyen des mères à la naissance du premier enfant est le plus élevé

. La part croissante des remariages, plus précoces dans la région, ainsi que les caractéristiques sociales de la population francilienne contribuent à expliquer ces constats

. L’institution du mariage s’affaiblit en Île-de-France, mais moins qu’en province, où les mises en couple restent en revanche plus fréquentes.

. En 1974, Paris était le département francilien où l’on se mariait le plus tard et la Seine-et-Marne celui où l’on se mariait le plus tôt ; en 2017, le constat est presque inversé


Lire aussi :

tous nos articles sur la démographie

. La France reste un pays «jeune» en Europe occidentale (septembre 2019)

. Mariages : en 20 ans, l’écart d’âge entre l’homme et la femme n’a pas évolué (mars 2019)

Les 7 points marquants de la démographie française en 2018  (janvier 2019)

En France, combien d’enfants vivent en résidence alternée ?  (janvier 2019)

La baisse de la fécondité en France concerne tous les âges et tous les niveaux de vie  (décembre 2018)

Le nombre de mariages en France poursuit sa chute  (mars 2018)

La saisonnalité des mariages est de plus en plus marquée en France  (avril 2017)

. L’âge moyen de la femme à l’accouchement a augmenté de 3,6 ans en quarante ans  (avril 2017)


Accès à l’étude de l’Insee

Article précédent

Les études de la semaine du 25 novembre 2019

Article suivant

Seul un consommateur sur deux est satisfait de l’offre de produits alimentaires locaux dans sa grande surface habituelle

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *