Les cosmétiques bio sont désormais les produits bio non alimentaires les plus achetés

Auteur : Pas de commentaire Partager :

Le prix reste le principal frein à l’utilisation de produits cosmétiques bio ou naturels mais il existe un manque de confiance vis-à-vis de leur efficacité et de leur appellation bio

Près des trois quarts des Françaises (72%) ont déjà utilisé un produit cosmétique bio au cours de leur vie, selon une enquête Ifop menée en septembre.

Plus de la moitié des femmes (58%) ont acheté au moins un produit cosmétique bio au cours des 12 derniers mois, soit une proportion qui a presque doublé en huit ans (elle était de 33% en 2010 selon une étude CSA).

Bénéficiant d’un mouvement de fond dépassant largement l’univers de la beauté, de l’hygiène et des soins, les cosmétiques bio s’imposent désormais comme les produits bio non alimentaires les plus achetés par les femmes (58%), devant les produits d’entretien ménager (54%), de jardinage (36%) ou textiles (28%).
Ces deux derniers domaines ont connu une progression encore plus forte au cours des 8 dernières années : de 13% à 36% pour les produits de jardinage et de 15% à 28% pour les produits textiles.

 

Malgré une indéniable démocratisation de l’accès à ce marché, le profil des Françaises ayant «acheté des produits cosmétiques ou d’hygiène bio» (au cours de l’année passée) se distingue toujours par un niveau économique supérieur à la moyenne : les cadres étant par exemple nettement plus nombreuses (69%) que les ouvrières (43%) à en avoir acheté l’an passé.

 

Les produits cosmétiques bio les plus utilisées sont les produits pour cheveux (39% d’utilisation actuelle), les produits de soins pour le corps (37%), les produits de soins pour le visage (37%), et les produits d’hygiène pour le visage (36%).

 

Les parfums et eaux de toilettes sont les produits cosmétiques les moins utilisés en bio : 54% des femmes les ont déjà utilisé mais jamais en produit bio vs 30% qui les ont déjà utilisés en bio.

 

Les principales motivations à acheter des produits d’hygiène et de beauté bio ou naturels sont le souci de préserver son corps/ sa santé, l’efficacité de ces produits en termes d’hygiène et de beauté, et le souci de préserver l’environnement (ex : pesticides, emballages, etc.).

 

Le prix reste le principal frein à l’utilisation de produits cosmétiques bio ou naturels par les femmes, qu’elles en utilisent (61%) ou pas (66%). Autres freins : le manque de garanties sur la naturalité des produits (46%), le doute sur l’efficacité des produits (40%) et le manque d’information sur leurs bienfaits/ spécificités (40%).
Leur consommation reste aussi lestée par un manque de confiance vis-à-vis de leur appellation bio (40%), défiance entretenue par le flou et le nombre important d’appellation comme a pu l’illustrer récemment la controverse autour de la nouvelle norme ISO 16128.

 

 

Cette enquête a été menée, du 6 au 10 septembre 2018, auprès d’un échantillon de 1047 femmes, représentatif de la population féminine âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon de départ a été assurée par la méthode des quotas (âge, profession de la personne interviewée) après stratification par région et catégorie d’agglomération. Ces quotas ont été définis à partir des données du recensement pour la population féminine âgée de 18 ans et plus résidant en métropole (EE-INSEE 2014).

 

Emmanuel Charonnat


Ce qu’il faut retenir

. 72 des Françaises ont déjà utilisé un produit cosmétique bio et 58% ont acheté au moins un produit cosmétique bio au cours des 12 derniers mois (contre 33% en 2010) 

. Les cosmétiques bio sont désormais les produits bio non alimentaires les plus achetés (58%) devant les produits d’entretien ménager (54%), de jardinage (36%) ou textiles (28%)

. Les principales motivations à acheter des cosmétiques bio ou naturels sont le souci de préserver son corps/sa santé, l’efficacité de ces produits en termes d’hygiène et de beauté, et le souci de préserver l’environnement 

. Le prix reste le principal frein à l’utilisation de produits cosmétiques bio ou naturels mais il existe un manque de confiance vis-à-vis de leur efficacité et de leur appellation bio 


Lire aussi :

De quel segment de cible Nuxe est-elle la marque cosmétique préférée ? (juillet 2018)

Les Français et les pratiques alimentaires particulières  (mai 2018)

Quelles mesures pour développer le commerce équitable ?  (mai 2018)

Les Français ne font pas confiance aux e-commerçants pour proposer des produits responsables (mars 2018)

Food & drink : les trentenaires bien plus sélectifs que les quadras (novembre 2017)

Les Français sont particulièrement préoccupés par les risques climatiques et alimentaires  (novembre 2017)

Soins de beauté : le digital est devenu une incontournable source d’information (juillet 2017)

La demande de produits bio en forte hausse et en tous lieux (février 2017)

Comment évoluent les dépenses des Français pour leur apparence physique  (janvier 2017)

10 insights sur la consommation de produits frais en France  (sept. 2016)

Consommation Bio : le profil des acheteurs alimentaires vs celui des cosmétiques  (juillet 2016)


Accès aux résultats de l’étude Ifop

Article précédent

Décryptage de l’évolution du temps passé devant la télé et la vidéo dans le monde

Article suivant

«La TV réaffirme ses atouts : puissance, efficacité, ROIste et brand safe»

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *