Pour la première fois, le nombre de SMS envoyés diminue en France

Auteur : Pas de commentaire Partager :
image_pdfimage_print

Le volume de données consommées sur les réseaux mobiles a doublé en un an grâce aux clients actifs 4G qui consomment près de 90% du trafic

Le nombre de messages (SMS et MMS) envoyés par les clients des opérateurs mobiles s’élève à 50,4 milliards au quatrième trimestre 2016, selon l’Observatoire des marchés des communications électroniques en France de l’Arcep.
Après un accroissement quasiment ininterrompu, le nombre de SMS accuse, pour la première fois, un net recul : -4,7% sur un an, soit 2,4 milliards de messages de moins qu’au quatrième trimestre 2015.
Le nombre de MMS continue d’augmenter : 1,2 milliard de messages au quatrième trimestre soit 2,3% de l’ensemble des messages émis, en progression de +11,3% sur un an.

 

En revanche, le volume de données consommées sur les réseaux mobiles est en pleine expansion et enregistre un quasi-doublement (+98%) en rythme annuel au quatrième trimestre 2016, avec un volume de 330 613 téraoctets vs 166 848 téraoctets au T4 de 2015. C’est une progression plus importante que l’année précédente (+69% entre T4 2014 et T4 2015). Ce volume de données inclut notamment les communications vocales et l’échange de messages interpersonnels réalisés via des applications (hors trafic par le wifi).
Sur les trois dernières années, cette croissance annuelle, favorisée par la généralisation des forfaits mobiles incluant de la donnée et par le nombre croissant d’utilisateurs équipés de terminaux adaptés à cet usage, s’est maintenue sur un niveau élevé d’environ +90% en moyenne. Les clients disposant d’un forfait sont à l’origine de plus de 98% de ce volume de données consommées, alors que la consommation de données à partir des cartes prépayées, reste marginale, même si elle double quasiment elle aussi.

Cette expansion du trafic de données est essentiellement due aux clients actifs 4G, dont le niveau de consommation de services de données est particulièrement élevé : ils consomment ainsi près de 90% de l’ensemble du trafic de données sur les réseaux mobiles (2G/3G/4G) alors qu’ils ne représentent que 44% de l’ensemble des clients des opérateurs mobiles.

Le trafic réalisé à partir des cartes internet exclusives suit une croissance moins rapide que celle du marché et représente un peu plus de 4% de l’ensemble du trafic de données (pour 5% des cartes SIM).

 

Par ailleurs, le volume des communications téléphoniques mobiles continue de progresser, mais plus lentement. Il représente 40,6 milliards de minutes au quatrième trimestre 2016, en progression de 1,3 milliard de minutes par rapport au quatrième trimestre 2015.
Le rythme annuel de croissance du trafic marque un ralentissement au quatrième trimestre (+3,3%) comparativement au niveau relevé depuis le début de l’année 2016, qui atteignait environ +6 à +7%. L’augmentation du trafic est entièrement portée par les forfaits (+1,6 milliard de minutes en un an, soit +4,3%) alors que, avec la réduction continue du nombre de cartes prépayées, le trafic de ces cartes continue de décliner (-11%). Au quatrième trimestre 2016, la part du prépayé représente environ 6% de l’ensemble du trafic au départ des mobiles.

Le trafic vers les téléphones mobiles nationaux est à l’origine de 79% des minutes émises au départ des mobiles. Ce trafic progresse de +4,4% tandis que le trafic vers les fixes nationaux est stable (-0,1%) et que celui vers l’international baisse de -8,9%.

Le volume des communications émises et reçues à l’étranger en « roaming out » représente moins de 2% de l’ensemble du trafic de la téléphonie mobile. Il s’accroît de +20% en un an.

 

Emmanuel Charonnat


Ce qu’il faut retenir

. Pour la première fois, le nombre de SMS échangés diminue en France (-4,7% au T4 2016 vs T4 2015)

. Le volume de données consommées sur les réseaux mobiles a doublé en un an grâce aux clients actifs 4G qui consomment près de 90% du trafic

. Le volume des communications téléphoniques mobiles continue de progresser, mais plus lentement (+3,3%)


Lire aussi :

Les émoticônes font désormais partie du langage de communication des Français (mars 2017)

En France, la durée de vie d’un smartphone a augmenté de 4 mois en 3 ans (mars 2017)

Sommes-nous saturés de SMS et de data mobile ?  (octobre 2015)

. tous nos articles sur le mobile


Accès à l’Observatoire des marchés des communications électroniques en France (4ème trimestre 2016) de l’Arcep

image_pdfimage_print
Print Friendly
Article précédent

Cinq tendances sur le budget alimentation des Français

Article suivant

Le chiffre d’affaires mondial des applis mobiles va plus que doubler en 5 ans

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *