Les trois mots-clés de la rentrée : sobriété, énergie, éducation

Auteur : Aucun commentaire Partager :

Edito CB Expert – Huit études publiées en cette rentrée illustrent ces trois sujets d’actualité…

Avec la rentrée, les sociétés d’études reprennent la publication publiques d’études, réalisées généralement pour des entreprises, médias ou divers organismes.
Fin août, début septembre, j’ai relevé trois sujets-clés dans les choix des thématiques des études publiées: la sobriété (pour faire face à l’inflation, à la baisse du pouvoir d’achat et aux enjeux énergétiques et environnementaux), l’énergie (au centre de toutes les inquiétudes) et, bien sûr, l’éducation en cette période de rentrée des classes (sur fond de manque d’enseignants).


1- La sobriété

. L’Ifop publie l’étude «Les Français et la sobriété environnementale» réalisée fin août pour Teneo-Societer et Impact France (lire notre article).

Pour 50% des sondés, la sobriété – en matière consommation – désigne le fait de consommer à la fois moins et mieux alors que 13% pensent qu’il s’agit de consommer moins et 26% qu’il s’agit de consommer mieux. De plus 11% des personnes interrogées déclarent ne pas savoir précisément de quoi il s’agit, signe du flou qui entoure ce mot pourtant aujourd’hui très répandu dans le langage politico-médiatique.

. Elabe publie l’étude «Les Français et la sobriété énergétique» réalisée fin août pour BFM TV (lire notre article).

Pour protéger l’environnement, 48% des sondés des Français ont le sentiment de faire le maximum qu’ils peuvent (+6 points vs septembre 2020) tandis que 43% estiment qu’ils pourraient en faire davantage (-9 points) et 9% déclarent qu’ils n’ont pas envie d’agir à titre individuel (+3 points).
Face aux risques de pénuries, 58% des Français se disent prêts à réduire leur consommation d’énergie (-5 points en 2 mois). Mais 38% estiment déjà consommer le strict minimum, en hausse de +7 points en 2 mois.


2- L’énergie

. Odoxa publie l’étude «Les Français et la crise énergétique»  comprenant un volet sur la sobriété énergétique.

Les Français pensent de plus en plus que la France est un pays vulnérable en matière d’énergie (84%, +11 points en 6 mois).

Concernant les entreprises, les Français se montrent favorables à des baisses ponctuelles de consommation (75%), partagés sur des coupures volontaires et ponctuelles (47% favorables) et très opposés à des arrêts de production sur de courtes périodes (69%).
lls sont majoritaires à accepter des efforts pour réduire leur consommation d’énergie (autour de 80% sur les différentes mesures proposées), mais près de 60% ont le sentiment de faire déjà attention.

. L’Ifop publie l’étude «L’adhésion à l’instauration de sanctions pour les entreprises ne réduisant pas leur consommation d’énergie» réalisée fin août en partenariat avec Le Journal du Dimanche.

82% des Français approuvent que l’exécutif prévoie des sanctions à l’encontre des entreprises qui n’appliquent pas de stratégie pour réduire leur consommation d’énergie. Seulement 6% de la population s’y opposent farouchement.

. L’Insee publie l’étude «La flambée des prix de l’énergie : un effet sur l’inflation réduit de moitié par le «bouclier tarifaire»» comparant le T2 2021 et le T2 2021.

Entre le deuxième trimestre 2021 et le deuxième trimestre 2022, la hausse des prix de l’énergie (gaz, électricité et produits pétroliers) a contribué à 3,1 points d’inflation sur un total de 5,3%. Les deux tiers de cet effet reflètent le renchérissement de l’énergie consommée par les ménages eux-mêmes pour se déplacer et se chauffer. Le tiers restant provient des répercussions, dans les prix des autres produits, des hausses de coût de l’énergie pour les entreprises. Les mesures de «bouclier tarifaire» ont abaissé ces effets de moitié ; en l’absence de bouclier, l’inflation entre les deuxièmes trimestres de 2021 et 2022 aurait été 3,1 points plus élevée.

Parce que la part des dépenses de transport et de logement est un peu plus élevée dans leur panier de consommation, les ménages avec les revenus les plus bas subissent plus fortement la hausse des prix de l’énergie. Les mesures de bouclier atténuent cependant particulièrement l’inflation pour les ménages les plus modestes et les plus âgés.


3- L’éducation

. Harris Interactive publie l’étude «Regards des Français et des parents d’élèves sur le système éducatif français» réalisée du 4 au 11 juillet pour Challenges.

Pour 51% des Français, l’école contribue au déclin de la France, quand 24% estiment au contraire que le système éducatif contribue au progrès du pays. L’école est perçue comme une institution dysfonctionnelle par 67% des Français (qui estiment que l’école fonctionne mal en France aujourd’hui). Même dans l’une de ses missions les plus essentielles, à savoir la transmission des savoirs fondamentaux (lire, écrire, compter), seuls 55% des Français jugent que l’école est véritablement efficace. Et 76% des Français identifient une baisse du niveau scolaire des élèves depuis une dizaine d’année, contre 8% qui estiment au contraire que le niveau a augmenté.

. L’Ifop et Fiducial publient l’étude «Les Français et l’école : état des lieux et perspectives d’évolution» réalisée fin août pour Sud Radio.

Les Français montrent des opinions très variées sur le fonctionnement de l’enseignement selon le niveau. Ainsi, 77% déclarent que l’école maternelle fonctionne bien, 65% pour le primaire, 52% pour l’enseignement supérieur, mais seulement 41% pour le collège et le lycée.
La dynamique ne semble pas aller dans le bon sens pour l’évolution de la situation dans les milieux où cela fonctionne le moins bien. Pour 71% des Français, la situation se dégrade dans les collèges, 69% dans les lycées, 59% dans l’enseignement supérieur, 52% à l’école primaire et 36% à l’école maternelle.

. Une autre étude d’Ifop-Fiducial, intitulée «L’Etat d’esprit des Français à la rentrée: optimisme et thèmes prioritaires» et menée les 17 et 18 août, a montré que l’éducation est considérée comme un thème prioritaire dans les mois à venir pour 73% des Français, un taux qui a grimpé de 16 points par rapport à 2017 (lire notre article).

 


Emmanuel Charonnat

 

 

 

 

bandeau-cb-expert-fonce

 


Lire aussi :

Nos éditos hebdomadaires

. Sobriété environnementale : les Français semblent plus exigeants envers les entreprises qu’envers eux-mêmes (septembre 2022)

. Sobriété énergétique: les Français prêts à faire des efforts … sous certaines conditions (septembre 2022)

. Quelles sont les priorités pour les mois qui viennent, selon les Français? (août 2022)

Réductions de consommation d’énergie : ce n’est pas gagné! (juillet 2022)

Article précédent

Les études de la semaine du 5 septembre 2022

Article suivant

Portrait Nouveau Métier : Alexandra Pimenta, Chargée de Mission RSE

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.