Cours-y vite, cours-y vite, le bonheur est au ciné!

Auteur : Aucun commentaire Partager :

Edito CB Expert – Si vous aimez voyager dans les salles obscures, parlez-en autour de vous et partagez vos émotions

Dans une interview à paraître dans un futur magazine de CB Expert, un jeune homme m’a dit : «au cinéma, un film qui commence c’est une fenêtre qui s’ouvre sur un autre monde, qui te transporte à travers les émotions, c’est un voyage en soi». Comme c’est juste !
J’ai profité de ce long Pont de l’Ascension pour faire 3 voyages près de chez moi. J’ai ouvert 3 fenêtres donnant sur 3 jolis films français:
. Le premier m’a envoyé à Roubaix (et un peu dans un coin perdu des Pyrénées) voir «Frère et Soeur» d’Arnaud Desplechin. Il est rare qu’un film rencontre un tel écart de notation sur AlloCiné entre les critiques (4,0 sur 5) et le grand public (2,4 sur 5 soir même pas la moyenne!). Perso, ma note pencherait plutôt vers le haut, ne serait que grâce aux jeux de Marion Cotillard et de Melvil Poupaud, superbes dans leurs émotions, colères, haines… Si vous avez un gros problème familial – par exemple si vous êtes fâché à jamais avec votre frère ou votre soeur – n’y allez pas, ça va vous plomber… Sauf si vous souhaitez vous réconcilier.
. Le deuxième film («Les passagers de la nuit» de Mikhaël Hers) m’a envoyé – ou renvoyé plutôt – dans les années 80. Paris, quartier de Beaugrenelle, les nuits de la plein lune, Cambodia de Kim Wilde, une famille décomposée dansant sur Joe Dassin («Et si tu n’existait pas»). Radio France, la nuit, une femme à la voix grave donne la parole aux insomniaques. Nostalgique, mélancolique, léger. Dans ce film, aucun smartphone. Rien que ça, c’est l’échappatoire. Une déconnexion.
. Le troisième film est une merveille de cinéma en couleurs fluo. C’est un voyage dans le fou rire («Coupez !» de Michel Hazanavicius) tout en dynamitant quelques systèmes (le capitalisme, la production d’un film…). La salle était aux larmes. Ce que vous ne t’entendrez pas si vous regardez le film chez vous en SVOD, à moins d’inviter une bonne bande de potes… J’ai failli décroché ma mâchoire. Les acteurs sont formidables (tous, notamment Romain Duris et l’excellent Finnegan Oldfield). Surtout, ne vous laissez pas déboussolé(e) par le début du film et ne quittez pas la salle dans les 30 premières minutes. Je n’en dis pas plus.
Merci à tous ces artistes, réalisateur, acteurs, décorateurs, musiciens… pour ce bonheur retrouvé dans les salles!

Un bonheur retrouvé depuis un certain temps en ce qui me concerne.
Mais pas pour tout le monde, d’après les chiffres de fréquentation du CNC (-23% entre avril 2019 et avril 2022) et d’après une étude de l’institut Vertigo menée en ligne du 2 au 6 mai 2022, auprès de 1176 Français âgés de 3 ans et plus.
D’après celle-ci, 48% des Français ne vont plus (14%) ou vont moins souvent (34%) au cinéma, depuis la réouverture des salles le 19 mai 2021, 43% y vont autant et seulement 9% y vont plus souvent qu’avant.

Et que nous disent-ils ces 48% de Français qui vont moins ou plus du tout au cinéma ? Quelles explications donnent-ils ? Les 3 principaux motifs ne sont pas irrémédiables:
. 38% évoquent la perte d’habitude d’aller au cinéma : une habitude ça peut se retrouver, surtout une bonne habitude…
. 36% disent que le prix du billet de cinéma est trop cher : il va falloir être encore inventifs au niveau de la tarification car les offres illimitées sont déjà très économiques…
. 33% n’ont pas envie de porter un masque : le port du masque n’est plus obligatoire au cinéma depuis le lundi 28 février, qu’on se le dise!
Enfin, la concurrence n’arrive qu’en 4ème position : 26% préfèrent regarder des films sur d’autres supports… vraiment?

Même si l’échantillon est faible sur cette classe d’âge, il semble que la préférence pour d’autres supports est la première explication des 15-34 ans qui vont moins au cinéma, tandis que le prix du billet est le 1er motif cité par les 35-59 ans et que les seniors ont surtout perdu l’habitude de se rendre en salle, n’ayant pas envie de porter un masque. Le manque d’attractivité de l’offre de films est également cité par 30% des seniors concernés.

Les périodes de confinement et de fermeture des salles pendant la pandémie ont probablement généré de nouvelles habitudes casanières et home-devices chez les jeunes comme chez les moins jeunes.
Le réseau de distribution français est resté puissant. Ce sont les marketers qui ont du boulot sur la planche pour générer du désir. Travailler sur l’offre produits (sortir des films captivants au bon moment au bon endroit) et travailler la dimension prix (prix facial, promotions, abonnements). Pourquoi pas, par exemple, lancer une offre illimitée mensuelle sans engagement, à destination des jeunes? Ou de tous?
Et nous, amoureux du cinéma, nous avons aussi un rôle à jouer pour entretenir cette belle industrie et ce bonheur. Au-delà de retourner dans les salles, nous sommes le bouche-à-oreille, 3ème source d’informations selon l’étude Vertigo (dépassée désormais par la TV!).


Partageons nos souvenirs de voyage avec nos proches et nos followers pour leur donner envie de prendre le chemin des salles obscures.

Emmanuel Charonnat

bandeau-cb-expert-fonce


Ce qu’il faut retenir

. Allez voir trois films français : «Frère et Soeur», «Les passagers de la nuit» et surtout «Coupez !»

. Sondés début mai 2022, 48% des Français ne vont plus (14%) ou vont moins souvent (34%) au cinéma, depuis la réouverture des salles le 19 mai 2021, alors que seuls 9% y vont plus souvent qu’avant

. Les raisons de la désaffection des salles: la perte d’habitude d’aller au cinéma, le prix du billet trop cher, le port du masque, la concurrence des autres supports et le manque d’attractivité de l’offre

. La préférence pour d’autres supports est la 1ère explication des 15-34 ans qui vont moins au cinéma tandis que les seniors ont surtout perdu l’habitude de se rendre en salle


Lire aussi :

. Nos éditos hebdomadaires

. La SVOD a encore une bonne marge de croissance en France (décembre 2021)

. SVOD en France : les dernières tendances (août 2021)

Dix insights sur les Français et leurs abonnements culturels numériques (avril 2021)

Biens culturels : certains segments physiques résistent bien à la crise et à la numérisation (février 2021)

. En 2020, le cinéma a cartonné… sur les chaînes TNT (janvier 2021)

. Les Français craignent plus de fréquenter les salles de sport que les cinémas (août 2020)

Quelles activités de culture et de loisirs manquent le plus aux Français? (mai 2020)

Confinement et déconfinement: les frustrations et les nouvelles habitudes des jeunes (avril 2020)

Les priorités des Français à la sortie du confinement (avril 2020)


Accès à l’étude Vertigo/CNC

Article précédent

Les études de la semaine du 30 mai 2022

Article suivant

Le quick commerce s’installe en France, mais surtout à Paris

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.