La télé et les médias dans 10 ans, selon Bruno Patino

Auteur : Pas de commentaire Partager :

«La notion de rendez-vous média sera de plus en plus difficile à construire mais toujours aussi nécessaire», une interview de Bruno Patino (Arte)


CB Expert : Dans 10 ans, la notion de rendez-vous média, tels que les matinales en radio, les JT en télé, les news magazines hebdos, aura-t-elle encore un sens ?

Bruno Patino : Dans 10 ans, toute notre offre media ne sera pas structurée par des rendez-vous, mais les rendez-vous seront toujours présents, pour les grands événements évidemment, mais aussi quand nous les aurons programmés nous-mêmes. Nous, je veux dire le public, pourrons décider de quand et où ont lieu nos rendez-vous. Cette notion de rendez-vous choisi va s’installer de plus en plus dans les offres médias, et notamment dans le non linéaire.

Pour le moment, ce qui échappe au linéaire arrive surtout dans la recommandation, via des algorithmes qui nous recommandent ce qui est à notre disposition quand on le veut. En plus de cela, on voit émerger une notion de périodicité dans les offres numériques qui impliquent un rendez-vous, qui peut être déterminé par l’utilisateur.

C’est le paradoxe du non-linéaire. Au début, le choix semble attaquer la notion de rendez-vous. Puis l’hyper offre la rend, à nouveau nécessaire, même si c’est plus difficile à construire.


CB Expert : La série TV sera-t-elle encore le format phare de demain ?

Bruno Patino : La série TV répond aujourd’hui à des besoins qui vont bien au-delà des contingences technologiques. C’est un format qui permet de raconter un très grand nombre d’histoires, qui englobe non seulement un rapport au divertissement mais de plus en plus un rapport émotionnel, un rapport à l’Histoire, à la mémoire, à l’intime, voire même maintenant un rapport à l’actualité récente, avec les séries qui se construisent sur des faits divers ou des faits historiques récents. C’est un format narratif qui englobe tout, un peu comme le roman a été le grand triomphateur de la fin du 19ème et du début du 20ème siècle.

Quoiqu’il advienne des évolutions technologiques, je vois mal la domination narrative de la série se terminer. En revanche, j’ai le sentiment qu’il se produit un peu trop de séries pour le temps d’attention disponible. Il est possible qu’à un moment donné, il y ait une crise de surproduction dans l’univers de la série.

J’observe aussi que les acteurs phares produisant des séries sont plus dissociés qu’avant. Que ce soient des acteurs purement SVOD (Netflix), des déclinaisons d’offres linéaires (HBO GO), ou des offres originellement de rattrapage (Hulu), les plateformes non linéaires commencent à dominer et surtout à attirer de plus en plus de talents pour plusieurs raisons. Comme elles s’adressent à des marchés mondiaux, ces plateformes sont capables de répartir des coûts de production de plus en plus élevés sur un très grand nombre de pays. Par ailleurs, comme elles peuvent avoir des audiences plus fragmentées, s’étalant davantage dans le temps, les séries qu’elle proposent sont par essence moins consensuelles et donc beaucoup plus créatives, ce qui est très attirant pour les créateurs. Il y a une grande liberté quant au rythme de production et au rythme d’apparition, puisqu’on n’est plus tenu à un temps limité sur une grille.

Pour toutes ces raisons, le schéma actuel devrait s’accentuer : d’un côté des offres non linéaires de plus en plus puissantes, peu importe d’où elles émanent ; de l’autre des offres linéaires qui, quand elles sont uniquement linéaires, gèrent une sorte de pénurie dans un monde d’abondance.

 

CB Expert : La fiction nationale s’est nettement redressée ces dernières années, en France comme en Europe, est-ce un phénomène durable ?

Bruno Patino : Si l’on part du principe que la série est maintenant le format narratif dominant, ce que je crois, il est évident qu’elle ne peut pas être que mondiale. Il y a forcément des récits qui sont plus évocateurs pour des communautés particulières, nationales, régionales, locales, culturelles, générationnelles ou autres. Il est tout à fait logique que la série nationale continue à exister voire même se développe, à condition qu’elle arrive à avoir des budgets de production comparables aux budgets des séries internationales.

Le fait que les séries à succès d’audience en linéaire sont plutôt nationales est aussi lié au fait qu’une grande part des talents internationaux préfèrent travailler sur des séries de genre, plus clivantes, parfois dérangeantes, laissant le terrain des séries plus consensuelles aux productions nationales.

L’un des défis pour la fiction nationale européenne et notamment pour la fiction française, est d’être davantage présente dans des séries moins consensuelles, à des niveaux d’écriture et de production internationales. Comme c’est déjà le cas pour certaines séries : Le bureau des légendes, Versailles

 

CB Expert : A quoi ressemblera le live dans 10 ans ? La fiction sera-t-elle regardée uniquement en non linéaire ?

Bruno Patino : Dans 10 ans, la télévision linéaire s’appuiera sur deux piliers : l’événementiel, bien sûr, et ce que j’appelle la télé d’habitude. C’est-à-dire une télé d’accompagnement, de plateaux, mais aussi de fictions qui rassemblent.

En revanche, je ne pense pas les fictions les plus créatrices constitueront l’architecture d’une programmation linéaire. Les récits se fondant sur l’habitude, sur la répétition au sens positif du terme, seront encore très présents en linéaire, alors que les récits fortement créatifs, bousculant les genres, les codes, les formats, appartiendront à l’univers du non linéaire. Ce qui ne veut pas dire qu’on ne pourra pas les utiliser en linéaire.

 

CB Expert : Les notions de chaîne (en télé) et de station (en radio) sont-elles en voie de disparition ?

Bruno Patino : Ces notions seront toujours présentes, mais ne seront plus la clé de voûte de l’organisation du secteur. Présentes car, auditeur ou téléspectateur, on aura toujours besoin de proposition éditoriale qui gère à notre place le déroulement dans le temps des événements, des rendez-vous, de nos habitudes, notre confort, tout ce qui correspond bien à une programmation linéaire.

En revanche, je ne pense pas que l’audiovisuel sera structuré autour de chaînes très puissantes. Au lieu de chaînes, on parlera plutôt de groupes de chaînes. Et dans ces groupes, les propositions linéaires ne seront qu’une partie des propositions éditoriales. Il n’y aura plus une chaîne avec des petits satellites numériques, mais un éditeur de contenus audiovisuels qui aura un très grand nombre de propositions éditoriales, certaines linéaires (des chaînes), certaines non linéaires (offres sur plateforme, abonnements)…

Quant à la radio, la puissance de son linéaire vient du fait qu’une part importante de son écoute est réalisée en même temps qu’une autre activité. Là aussi, on aura toujours besoin de propositions éditoriales pour organiser son temps.

Dans 10 ans, les chaînes et les stations seront toujours des propositions éditoriales mais elles ne structureront plus, à mon avis, ni l’organisation, ni l’économie ni même la référence de puissance du secteur. Cela sera une façon d’assembler les choses parmi d’autres façons de les assembler.

 

CB Expert : Nouvelles écritures, formats, interfaces, business models… que voyez-vous émerger dans les médias ?

Bruno Patino : Sur les nouvelles écritures, je vois arriver un signal faible : la réalité mixte, c’est-à-dire des formats mélangeant une part de réalité virtuelle et une part de réalité, si j’ose dire, réelle. Un autre signal, plus installé, consiste à créer des récits autour d’Instagram, pas forcément des stories. Ce réseau social génère beaucoup de créativité en ce moment.

Les interfaces actuelles sont encore trop présentes dans leur architecture. Il y a une certaine lassitude aujourd’hui envers des interfaces tellement directives qu’elles ont l’air de déterminer tout notre comportement, que ce soient des plateformes numériques classiques, ou des réseaux sociaux comme Facebook. Dans les labos de recherche, on travaille sur des interfaces douces dans leur présentation, quasi invisibles, ayant l’air presque naturelles.

Par ailleurs, il y a une autre tendance qui est un renversement de l’histoire : suite aux modifications d’algorithmes de Facebook dont dépendent les éditeurs, ces derniers veulent réinvestir le monde des applications propriétaires alors qu’on sait très bien qu’il y en a beaucoup trop. Il y a un retour de balancier, notamment aux Etats-Unis, où des acteurs qui avaient fait le pari d’être des médias totalement distribués, sans site internet, sans appli, se disent qu’ils sont trop dépendants de l’algorithme d’une plateforme et qu’ils ont finalement besoin d’élaborer ou de maitriser un minimum leur outil de distribution. Ce qui est très compliqué.

 

Bruno Patino est directeur éditorial d’Arte depuis novembre 2015 et directeur de l’école de journalisme de Sciences Po. Il a fait l’ensemble de sa carrière dans les médias et le journalisme, en dirigeant notamment LeMonde.fr, Télérama, France Culture, puis, à France Télévisions, entre 2010 et 2015, France 5, les développements numériques, les programmes de France Télévisions. Il est l’auteur de livres sur la transformation numérique des médias (Une Presse sans Gutenberg (Grasset 2004); La Condition Numérique (Grasset 2012); Télévisions (Grasset 2015).

 

Propos recueillis par Emmanuel Charonnat


Lire aussi :

. tous nos articles sur le futur des médias

Article précédent

Audiences TV 1er trimestre 2018 : France Télévisions et SFR Media sourient

Article suivant

Usages & Audiences médias : les prévisions de Publicis Media pour 2022

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *