PRM Factory lance son outil anti-fraude, Results Hunter

Auteur : Pas de commentaire Partager :
image_pdfimage_print

CB Expert focus techno en partenariat avec Ratecard : une société, une actualité, un positionnement

Une myriade de sociétés proposent des services ou des technologies dans l’univers du marketing digital. Il est alors souvent très compliqué de comprendre le positionnement et la valeur ajoutée de chacune. En tant que média, nous recevons ainsi des dizaines de communiqués de presse par jour qui, souvent, participent à cette confusion. Nous nous sommes donc donné l’ambition, dans cette rubrique, au travers d’une actualité qui nous paraît utile et éclairante, d’expliquer en quoi cette société participe au développement du marketing digital.

Aujourd’hui, focus sur un acteur du marketing à la performance, PRM Factory, et le lancement de son produit Results Hunter.

 

 

Identité : PRM Factory, société française créée en 2011 par Oualid Barcouchi et constituée aujourd’hui de plus de 20 salariés basés à Neuilly-sur-Seine. La société compte réaliser un CA de près de 10M€ en 2017.

Domaine d’interventionmarketing à la performance. PRM est un media desk 100% intégré qui offre aux annonceurs des prospects à haut potentiel de transformation.

Actualité : lancement de son outil anti-fraude, Results Hunter.

Contexte : les dernières études révèlent que près de 30% des clics sur les offres publicitaires sont constitués soit de doublons, de clic bots ou issus de fraudes diverses. Ces activités ont diverses origines allant d’innocents web-spiders à des concurrents malhonnêtes. Dans l’univers de la performance, les indicateurs en deviennent complètement faussés car ces clics ne génèrent pas d’inscription ni d’achat et donc in fine pas de chiffre d’affaires pour l’annonceur.

Technologie : l’outil Results Hunter de PRM Factory analyse plus de 130 millions d’adresse IP pointant sur des serveurs susceptibles d’héberger des robots ouvreurs/cliqueurs dans ses filtres. Cette analyse continue du trafic permet de détecter les flux considérés comme frauduleux, en amont, par rapport à leur signature (referer, IP, géolocalisation, user-agent, headers) et en aval par rapport à leur comportement (fréquence de l’activité, typologie de parcours).

Résultats : Un score et une étiquette sont ensuite attribués à ces activités qui sont alors traités par la plateforme Results Hunter. Ainsi, le trafic jugé frauduleux ne sera pas comptabilisé au sein des indicateurs de performance.

Analyse : PRM Factory tente de concilier deux mondes qui sont souvent considérés comme étant antagonistes dans l’univers du marketing digital : la performance et la transparence. En effet, les acteurs de « la perf », les plateformes d’affiliation notamment, se sont longtemps contentés de partir du principe que leur métier consistait simplement à fournir des clics sans réellement en analyser la provenance. Aujourd’hui, de nombreux annonceurs se sont équipés d’outils d’analyse de type IAS ou Meetrics pour effectuer ces contrôles. La réponse de PRM est la suivante : ce n’est pas à l’annonceur, au client donc, de supporter des coûts supplémentaires mais au fournisseur de proposer des leads de qualité et donc de faire le tri en amont. La logique semble évidente, il sera intéressant de voir si celle-ci sera suivie au cours des prochains mois par le marché.

en partenariat avec


Accès au site de PRM Factory


Lire aussi :

Tabmo lance la Hawk University sur la publicité programmatique mobile (mai 2017)

image_pdfimage_print
Print Friendly, PDF & Email
Article précédent

France : la confiance en l’avenir de l’économie a fait un bond en mai

Article suivant

La pratique des goûters remonte un peu, après la chute des années 2007-2013

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *