7 tendances et prévisions mondiales sur l’économie numérique

Auteur : Pas de commentaire Partager :
image_pdfimage_print

2016-2019 : comment évolueront les marchés de l’édition, de la presse, de la TV payante, de la vidéo, de la musique et du jeu vidéo…

Ces prévisions sont extraites du livre, très riche, de l’Idate « Digiworld Yearbook 2016 », publié mardi dernier : 185 pages sur les enjeux économiques du monde numérique.

1- Les différents secteurs du monde digital : les services internet en passe de dépasser les services TV/vidéo

La croissance de l’ensemble des marchés suivis par l’Idate a été tout proche de +4% en 2015, en légère accélération par rapport à 2014. Les performances restent très contrastées selon les segments : d’à peine plus de +1% pour les services télécoms à près de +20% pour les services internet. Entre les deux, les services informatiques ainsi que le marché des terminaux (devices) ont progressé un peu plus en 2015 qu’en 2014 ; au contraire, les équipements de réseaux et les services audiovisuels ont vu leur croissance ralentir.

Idate Digiworld par secteur-min

Les revenus des services internet dépasseront en 2017 ou en 2018 ceux des services de télévision et vidéo, qui continuent toutefois de progresser de +3 à +4% en rythme annuel.
Le bloc des terminaux est toujours tiré par le succès des smartphones, même s’ils enregistrent une baisse de régime, à la fois sous l’effet d’un ralentissement de la progression des ventes en volume et d’une pression sur les prix. Les marchés des PC et des téléviseurs sont à la peine. L’Idate note aussi la piètre performance des tablettes dont l’attrait semble s’estomper.

 

2- Edition de livres : l’émergence des bibliothèques numériques par abonnement

Historiquement première industrie de contenus, l’édition de livres affiche un taux faible de dématérialisation, en volume comme en valeur. Une situation qui peut s’expliquer par la nature même du support livre, consommable en l’état, sans recours à un lecteur ad hoc, et de façon nomade.
Le marché mondial est estimé à 52,3 milliards d’euros en 2015, chiffre stable par rapport à 2014, avec une part de marché de 18,8% pour le livre numérique, tandis que les recettes des ventes d’exemplaires papier ont reculé de -9,2% entre 2013 et 2015.

Idate edition-min

Un nouveau segment émerge : l’Idate estime à 5,1 millions le nombre d’abonnements souscrits à un service de bibliothèque en ligne dans le monde, en 2015. Ce segment pourrait représenter 4,4% du marché en 2019, pour un CA de 2,4 Milliards de dollars.

 

3- Presse : un modèle économique encore très dépendant de la distribution d’exemplaires papier

Les revenus des canaux numériques ne représentaient que 7,6% des revenus de la presse en 2015, au niveau mondial. Leur part tend à croître régulièrement et ils devraient compter pour 10,7% des recettes de la presse en 2019, selon les prévisions de Idate, dans un marché prévu stable entre 2015 et 2019.

Idate presse-min

Alors que le lectorat de la presse papier tend à s’effriter en Europe, en Amérique du Nord et au Japon, la circulation des titres continue de progresser à l’échelle mondiale. Cette tendance à la hausse est tirée par deux phénomènes distincts : d’une part, les journaux imprimés continuent de progresser, notamment en Asie (en Inde principalement) et, dans une moindre mesure, en Amérique latine et dans la zone Afrique/Moyen-Orient ; d’autre part, le nombre de clients abonnés aux versions en ligne des journaux progresse dans les marchés historiques.
Entre 2012 et 2015, les ventes d’exemplaires papier ont progressé de 113 millions d’unités, contre 17,8 millions de nouveaux accès aux services payants. La pénétration croissante, bien qu’encore modérée, des services en ligne contribue à une baisse des prix, dans la mesure où les tarifs pratiqués sont inférieurs à ceux des abonnements papier. Pour contrer cette dévalorisation, les journaux tendent à coupler les offres papier et les offres Web.
Les éditeurs de presse en ligne sont menacés de désintermédiation par les moteurs de recherche et les réseaux sociaux, qui mettent à disposition gratuite une partie de l’information sans générer plus de trafic sur les sites sources, affectant ainsi les recettes publicitaires.

 

4- Télévision : le recul de le TV payante s’amorce

L’adoption rapide des nouveaux usages vidéo, caractérisés par l’utilisation de nouveaux écrans, par la consommation à la demande des contenus TV, voire par de nouveaux formats de contenus, commence à avoir des conséquences visibles sur les activités TV traditionnelles des marchés occidentaux.
Le marché de la télévision à péage confirme son retournement aux États-Unis. Si le nombre des abonnés était orienté à la baisse depuis plusieurs années, le chiffre d’affaires avait continué de progresser grâce à la capacité des distributeurs commerciaux à faire progresser l’ARPU (revenu moyen par abonné). Désormais, la croissance des recettes d’abonnement s’est inversée et le déclin semble s’amorcer durablement. Si l’Europe échappe pour le moment à cette tendance, la croissance, tant des abonnés que des revenus, tend à plafonner sur les marchés principaux et pourrait également s’inverser d’ici à 2018 en Allemagne et au Royaume-Uni. En France, les taux de croissance annuels tendent vers +1%.

Idate TV payante-min

 

5- Vidéo : l’abonnement s’impose comme le modèle dominant de la VOD qui devient majoritaire cette année

L’Idate estime le marché mondial de la vidéo, incluant les revenus de la vente et de la location de vidéos physiques ainsi que les recettes des différentes formes de VOD (vidéo à la demande), à 33 milliards d’euros en 2015, en hausse de +2,4% vs 2014. Le retour à la croissance amorcé en 2014 se confirme donc.
En recul de -8,5%, les recettes de la vidéo physique constituaient toujours la première source de revenus du secteur, tandis que les recettes de la VOD ont progressé de +19,4%. En 2015, 44,8% des recettes de l’industrie étaient issues des différentes formes de distribution immatérielle des contenus vidéo.
En 2016, le digital devrait être majoritaire avec une part de marché de 50,7%, pour atteindre 65,8% en 2019. Les recettes numériques auront alors doublé en l’espace de 5 ans.

Idate video-min
Le nombre d’abonnements à un service de SVOD s’élevait à 103,2 millions en 2015. L’Amérique du Nord, et en premier lieu les États-Unis, est de loin le marché le plus avancé avec 67,8 millions d’abonnements recensés, contre seulement 17,4 millions en Europe. La vente d’abonnements à des catalogues à la demande (SVOD) est le segment qui a le plus progressé sur la période récente (+71,5 % entre 2013 et 2015), devant la vente de copies numériques (EST) dont les recettes ont crû de +67,6% en deux ans. Pour la première fois en 2015, les abonnements constituent la première source de revenus de la VOD, devant le segment «historique» de la VOD locative dont les recettes ont néanmoins augmenté de +20,4% entre 2013 et 2015.
La domination du modèle par abonnement s’illustre dans le succès des marques, principalement nord-américaines, telles qu’Hulu, Amazon Prime et surtout Netflix et la mondialisation de son offre. Pour sa part, iTunes domine les segments de l’EST et de la VOD locative.

 

6- Musique enregistrée : les services de streaming audio sont les principaux relais de croissance

L’Idate estime le marché mondial de la musique enregistrée à 13,6 milliards d’euros en 2015, hors redevances versées pour la diffusion à la radio ou à la télévision. Depuis 2014, les recettes des canaux numériques supplantent celles de la vente de titres sur supports physiques. En 2015, 58 % des recettes de la musique enregistrée provenaient du digital. Une proportion qui grimperait à 81% en 2019.
Pour la première fois en 2015, les revenus des services de streaming audio excèdent ceux des ventes d’albums et de titres à l’unité, ces derniers commençant à reculer en Europe et en Amérique du Nord.

Idate musique-min

Les plus fortes croissances sur la période récente proviennent des revenus publicitaires qui ont progressé de +46,6% entre 2013 et 2015, atteignant 1,7 milliard d’euros en 2015) ; et surtout des recettes des abonnements qui ont bondi de +101,9 % entre 2013 et 2015, atteignant 2,5 milliards d’euros.

 

7- Jeux Vidéo : le mobile dépassera le PC en 2019 et talonnera la console

Selon l’Idate, le marché mondial du logiciel de jeux vidéo passera de 57,6 milliards d’euros en 2015 à 81,7 milliards EUR en 2019 (+9,1 % en moyenne par an), poussé par plusieurs phénomènes :
. La progression continue du segment du jeu mobile (sur smartphone et sur tablette). Sur la période 2015-2019, la croissance annuelle moyenne est estimée à +13,6 %. Le dynamisme de ce segment provient du succès des plateformes nomades dans les pays d’Asie et dans les pays émergents.
. La croissance régulière du jeu en ligne (sur PC), qui trouve un souffle nouveau avec la sortie de milliers de jeux indépendants et/ou à caractère «rétro».
. L’apparition en 2016 d’un nouveau segment de marché, le jeu de réalité virtuelle (VR game), qui devrait connaître une croissance remarquable.

Idate jeux video-min

 

Emmanuel Charonnat


Ce qu’il faut retenir

. Les revenus des services internet dépasseront en 2017 ou en 2018 ceux des services de télévision et vidéo

. L’abonnement devient le modèle dominant pour la vidéo et la musique, et émerge dans le secteur du livre

. Les journaux imprimés continuent de progresser, notamment en Asie et en Inde

. +9% de croissance moyenne annuelle d’ici 2019 pour le jeu vidéo, boosté par le mobile mais aussi le PC et la réalité virtuelle


Lire aussi :

Cinq évolutions socio-économiques du secteur des médias et loisirs, by PwC

. VOD/SVOD : la nouvelle configuration du marché français

Quatre moteurs et deux freins au développement de la SVOD

Davantage de réticence en Europe envers la pub sur la VOD

Le leadership de Netflix dans le monde à travers 8 chiffres-clés

. La SVOD va-t-elle concurrencer les médias et autres canaux de diffusion ?

. Le marché mondial de la musique est en hausse pour la première fois depuis 10 ans

Intérêt pour la Réalité virtuelle : clivage Nord/Sud en Europe

Les investissements publicitaires autour du e-sport explosent


Accès au Digiworld Yearbook 2016 de l’Idate (payant)

image_pdfimage_print
Print Friendly
Article précédent

Europe : le match TV vs Internet pour s’informer, pays par pays

Article suivant

Douze chiffres-clés sur le e-commerce des particuliers en 2016

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *