Les « flexitariens » sont de plus en plus nombreux. Qui sont-ils ?

Auteur : Pas de commentaire Partager :

En France, un foyer sur 3 compte au minimum une personne qui tend à réduire ou limiter sa consommation de protéines animales (hors végétaliens et végétariens). Focus sur le profil et les comportements spécifiques de cette population.

kantar-wp-1-min

 

Si les deux tiers des Français consomment des protéines animales au moins 5 fois par semaine (35% de 5 à 7 fois et 33% 8 fois et plus), Kantar Worldpanel observe une forte progression, dans la population française, du flexitarisme (ou semi-végétarisme), pratique alimentaire consistant à être flexible dans la pratique végétarienne.

Ce terme désigne les personnes qui sont principalement végétariennes mais qui, parfois, mangent viande, poisson et autres « produits animaux ». Selon les circonstances, un flexitarien peut manger végétarien ou végétalien chez lui, mais manger des plats incluant de la chair animale lors d’occasions particulières comme aller au restaurant, lors de repas en famille ou chez des amis.
Les pratiquants du flexitarisme s’imposent des contraintes alimentaires plus souples que celles des végétariens, et ce pour différentes raisons comme des raisons de santé, le souhait d’un traitement plus juste des animaux, le lien social avec les personnes consommant de la viande, ou des préoccupations environnementales

 

kantar-wp-2-min

 

Dans son étude, Kantar Worldpanel, désigne par Flexitariens les foyers dans lesquels au moins un individu n’est ni végétarien, ni végétalien, mais tend à réduire sa consommation de protéines animales.

La proportion de ces foyers dans la population française a fait un bond cette année, passant de 25% en 2015 à 34% en 2016 ! Dans le même temps, les proportions de végétaliens (0,5%, stable) et végétariens (1,7% vs 1,5% l’an passé) restent très faibles.

Les foyers flexitariens sont, en moyenne, plus âgés et sans enfant que le reste de la population française. Ils sont aussi plus aisés et habitent plutôt dans le Sud de la France et en région parisienne.
kantar-wp-3-min

 

Près de la moitié des foyers « Flexitariens » (47%) comportent au moins 2 individus qui déclarent faire cette démarche, tandis que dans 90% des foyers « Végétariens », le régime ne concerne qu’un seul individu.

Les Flexitariens semblent plus à l’écoute des communications négatives concernant, la viande, la charcuterie et les conditions d’élevage.

kantar-wp-4-min

 

Par rapport à 2015, Kantar Wordpanel observe que leur profil s’élargit légèrement en termes d’âge, avec davantage de foyers dont le responsable des achats a moins de 35 ans, même si les foyers avec un RDA âgé de plus de 50 ans restent majoritaires (61% vs 51% dans la poulation).

kantar-wp-5-min

 

Leur profil s’élargit également en termes de présence d’enfant(s) au foyer :

kantar-wp-6-min

 

Ces foyers sont moins typés promo que la moyenne, mais plus typés en MDD thématiques (indice 119). Ils sont surtout très typés Bio/Vert en Alimentaire (indice 164) comme en non alimentaire (indice 129).
Ils consomment moins de Charcuterie (ind. 92) et effectuent des achats plus importants en Epicerie et notamment en Féculents (ind. 106). Ce sont des foyers particulièrement acheteurs de Semoules et Céréales (ind. 126).
Ils sur-consomment les produits frais traditionnels avec :
– moins de Viandes (11% de moins) et de Volailles (6% de moins) : 1 à 2 actes d’achat de moins par an,
– plus de rayon Marée (3% de +) mais surtout de Fruits et Légumes (11% de +).
Plus d’un tiers de leurs achats de frais traditionnels est effectué en circuits spécifiques. Et notamment une sur-représentation des marchés, des primeurs et des magasins bio.

kantar-wp-7-min

 

Voici les enseignes qu’ils fréquentent davantage que la moyenne des Français :

kantar-wp-8-min

Ils mettent atypiquement dans leur panier des marques Bio/veggie/sans gluten :

kantar-wp-9-min

 

Les Flexitariens sont également plus enclin à acheter ces grandes marques, toujours dans cette recherche de « naturalité » :

kantar-wp-10-min

Nb : ces marques ont plus de 8% de taille de clientèle.

Ces résultats sont extraits de l’étude LinkQ Sept 2016 , avec 12 000 responsables d’achats répondants.

 

Emmanuel Charonnat


Ce qu’il faut retenir

. Le flexitarisme (ou semi-végétarisme) est une pratique alimentaire consistant à être flexible dans la pratique végétarienne

. En septembre 2016, 34% des foyers comptent au moins une personne flexitarienne, contre 25% un an auparavant

. Près de la moitié des foyers « Flexitariens » (47%) comportent au moins 2 individus déclarant faire cette démarche

. Ce sont des foyers plus âgés que la moyenne, mais leur profil s’élargit aux plus jeunes et aux foyers avec enfants

. Ils fréquentent des enseignes de proximité, les marchés, les primeurs et les magasins bio, achètent des produits frais traditionnels et des marques Bio/veggie/sans gluten


Lire aussi :

En 10 ans, comment les urbains ont-ils modifié leurs comportements d’achats alimentaires ?  (déc. 2015)

10 insights sur la consommation de produits frais en France  (sept. 2016)

A quels mots est associée la notion de Qualité dans l’alimentation ?  (juillet 2016)

Les Français privilégient la qualité pour leur alimentation et leurs équipements médias  (juillet 2016)

Consommation Bio : le profil des acheteurs alimentaires vs celui des cosmétiques  (juillet 2016)

Quatre tendances 2016 de la consommation responsable  (juin 2016)


Accès à la publication de Kantar Worldpanel sur le flexitarisme

Article précédent

E-commerce entre particuliers : quelles sont les catégories en progression ?

Article suivant

MyTF1 en tête du classement de la VOD, Netflix creuse l’écart dans le segment de la SVOD

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *