Europe 1, la radio des cadres et des actifs connectés

Auteur : Pas de commentaire Partager :
image_pdfimage_print

Trois questions à Marie Renoir-Couteau, DGA radio de Lagardère Publicité

Chaque année, depuis 1990, le baromètre annuel La Croix/TNS Sofres consacre le média radio comme étant celui qui inspire le plus confiance : une nette majorité des Français déclarent que les choses se sont passées vraiment ou à peu près comme la radio les raconte. La confiance est au cœur du contrat d’écoute entre l’auditeur et sa station. Preuve en est le niveau d’audience global du média radio en direct qui ne fléchit pas d’année en année. Selon la dernière vague de Médiamétrie, un jour de semaine, 43,4 millions de Français écoutent la radio en direct au moins une fois dans la journée, et en moyenne 6,6 millions sont à l’écoute entre 5h et minuit.
Au sein du média radio, les cinq stations généralistes nationales consolident leurs positions, avec chacune sa spécificité, sa force et son ADN. L’actualité de 2017 et les rebondissements à venir des campagnes électorales devraient apporter leur lot d’histoires à raconter et les radios généralistes pourraient bien en bénéficier.
Marie Renoir-Couteau, DGA radio de Lagardère Publicité, répond à nos questions.

Au lendemain d’une vague Médiamétrie difficile pour Europe 1, quel est votre état d’esprit aujourd’hui ?

Marie Renoir-Couteau : Nous sommes sereins, concentrés et soutenons à fond les équipes éditoriales très engagées dans l’Europe 1 d’aujourd’hui et de demain. L’équipe commerciale doit rassurer nos clients, il y a bien toujours près de 4 400 000 personnes à l’écoute d’Europe 1 tous les jours. La force de frappe de la radio en général et d’Europe 1 en particulier reste immense. Il ne faut pas oublier qu’Europe 1 fait en moyenne à chaque instant de la journée, deux fois plus d’audience que BFM TV sur les individus CSP+. Europe 1 touche 16% des cadres dirigeants et 20% des foyers les plus aisés, elle reste la station privée la plus puissante sur ces cibles.

Notre travail est de continuer à innover, et nous l’avons beaucoup fait l’année dernière. Tous les jours nous réfléchissons avec nos clients et l’antenne pour inventer ensemble de nouveaux écosystèmes. Europe 1 aime se projeter dans le monde de demain et défend une vision positive de l’avenir. Quand nous créons avec la rédaction les Trophées Europe 1 de l’avenir et que nous embarquons des partenaires comme Derichebourg, Clarins, Acadomia, cela fait sens. Ils contribuent à la pertinence de l’évènement parce que leur participation est en ligne avec leur engagement au quotidien.

En quoi se distingue Europe 1 par rapport à la concurrence ?

Marie Renoir-Couteau : Europe 1 se distingue des autres radios par son ton, sa personnalité et ses valeurs. Europe 1 exerce son métier d’information avec indépendance, rigueur et un grand sens des responsabilités. La qualité de l’information reste la colonne vertébrale de la station qui, conjuguée à son histoire, lui confère une image de marque très forte et un format unique. Europe 1 est une marque premium. A ce titre, elle noue régulièrement des relations avec des annonceurs B to B qui ciblent un public d’entrepreneurs ou encore des annonceurs du luxe qui s’adressent à nos auditeurs les plus aisés. Ils trouvent en Europe 1 un écrin de qualité pour leur marque. Le portefeuille publicitaire atypique de la station témoigne d’ailleurs de son statut un peu à part dans le paysage radiophonique.

photo-marie-renoir-2

Le récit est également un des grands savoir-faire de la station, sa capacité à faire voyager nos auditeurs dans un imaginaire riche, l’histoire avec Franck Ferrand ou les faits divers avec Christophe Hondelatte. L’idée est d’intensifier ce contrat d’écoute avec nos auditeurs, de les engager encore d’avantage autour de communautés de centres d’intérêt.

Quel impact a le digital sur les nouveaux modes de consommation de la radio ?

Marie Renoir-Couteau : L’écoute depuis le mobile – et l’écoute en ligne en général – est en train de prendre beaucoup d’ampleur.
Europe 1 est la 1ère radio de France sur le digital, tous écrans confondus, pour la 5ème fois consécutive avec une très forte écoute délinéarisée via les podcasts (plus de 19 millions de podcasts chaque mois).
Des ateliers sont actuellement en cours sur les mesures d’audience de ces nouveaux usages pour pouvoir mieux les adresser. A ce titre, Médiamétrie prépare pour le 1er semestre une mesure d’écoute de la radio en ligne (live/différé, vidéo/audio) sur PC, smartphones et tablettes. L’interactivité avec notre audience a toujours été un de nos points forts. Elle est en train de s’organiser encore d’avantage. Le digital est une véritable opportunité pour le média : mieux interagir avec son public, diversifier la distribution de ses contenus, les personnaliser, les thématiser avec un retour d’expérience plus fin.
J’ai une envie : que les différents éditeurs se réunissent pour défendre d’une même voix ce magnifique média et enclencher les chantiers à venir ensemble.

Marie Renoir-Couteau est Directrice générale adjointe du pôle radio, télévision et culture de Lagardère Publicité

Contenu sponsorisé

image_pdfimage_print
Print Friendly, PDF & Email
Article précédent

La crédibilité de l’info dans les médias chute en France sur fond de défiance envers les médias sociaux

Article suivant

Les 10 tendances technologiques 2017, by Dentsu Aegis Network

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *